September 18, 2018 / 2:32 PM / 3 months ago

GESTION-Moins d'actions, plus de liquidités dans les portefeuilles-BAML

LONDRES, 18 septembre (Reuters) - Les investisseurs ont réduit leur exposition aux actions ces dernières semaines face aux craintes grandissantes de ralentissement de la croissance, sans pour autant remettre en cause leur préférence pour les poids lourds des hautes technologies, montre mardi l’enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch.

Le solde net de réponses prédisant un ralentissement de la croissance mondiale au cours de l’année à venir est passé en un mois de sept à 24 points. Il s’agit de l’écart le plus important enregistré depuis décembre 2011.

Le scénario d’une guerre commerciale est le risque extrême le plus fréquemment évoqué par les investisseurs interrogés, pour le quatrième mois d’affilée, mais les craintes d’un ralentissement économique en Chine augmentent, tout comme celles liées à la remontée des taux d’intérêt.

La part des liquidités dans les portefeuilles a atteint 5,1%, son plus haut niveau depuis 18 mois, contre 5,0% en août.

Parallèlement, le niveau de surpondération des actions chute de 11 points de pourcentage à 22%, revenant tout près de son niveau de juillet, qui marquait un plus bas de 18 mois.

Le thème privilégié reste, pour le huitième mois d’affilée, celui du “Long FAANG and BAT”, en référence aux géants des hautes technologies américain Facebook, Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Google et aux chinois Baidu, Alibaba et Tencent.

La surpondération des actions américaines a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2015 alors que la part des actions européennes tombait à un plus bas de 18 mois.

Parallèlement, la sous-pondération des actions de pays émergents a atteint 10%, un chiffre sans précédent depuis mars 2016, alors que cette catégorie atteignait en avril un niveau de surpondération de 43%, lorsque les marchés émergents faisaient figure de compartiment favori des investisseurs.

“La rotation de septembre montre que les investisseurs vendent les marchés émergents, les banques et les matières premières au profit du Japon, de la santé et des industrielles”, résume BAML.

Ils recommandent donc de miser sur les matières premières et de vendre la santé aux investisseurs qui souhaiteraient miser sur une politique de relance économique en Chine au quatrième trimestre.

Au sein des actions européennes, l’enquête de BAML fait aussi ressortir un poids accru des valeurs britanniques, désormais surpondérées à hauteur de 24%.

La part des technologiques dans les allocations des gérants européens est parallèlement tombée à un plus bas de neuf ans, celle des banques à un plus bas de deux ans.

Helen Reid, Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below