August 22, 2018 / 12:59 PM / 3 months ago

France-Coup d'envoi des vendanges dans le Bordelais

BORDEAUX, 22 août (Reuters) - Les sécateurs ont commencé à se mettre à l’oeuvre cette semaine dans le vignoble bordelais pour les premières vendanges d’une année atypique et contrastée sur le plan climatique.

Les grands crus de blanc des Graves devraient se lancer d’ici la fin de la semaine mais ce mardi matin c’est dans une petite parcelle de blancs du château Tronquoy-Lalande à Saint-Estèphe que les vendangeurs se sont affairés.

Sur les 30 hectares de vignes de Tronquoy-Lalande, l’un des plus anciens château de Saint-Estèphe dans le Médoc, 1,8 hectare (60% de sémillon et 40% de sauvignon gris) est consacré au blanc. Les vendangeurs ont commencé mardi la récolte à la main des sauvignons gris, dont une partie est déjà à maturité.

“L’acidité est à un très bon niveau, les concentrations en sucre sont bonnes. C’est aromatique, c’est joli. Il fallait commencer à ramasser”, a indiqué à Reuters le gérant de la propriété, Hervé Berland.

“Pour le sauvignon gris toujours, on vendange aujourd’hui et demain, puis on reprendra lundi parce que des grappes de raisin méritent d’être un peu plus mûres et pour le sémillon on prévoit de le faire en milieu de semaine prochaine”, a-t-il ajouté.

Bon an mal an, Tronquoy-Lalande produit 5.000 à 6.000 bouteilles mais cette année on ne devrait pas y dépasser les 4.500 à 5.000.

Comme chaque année les blancs sont les premiers visités par les vendangeurs sur l’ensemble des appellations du Bordelais.

Dans les grands crus de Pessac-Léognan et des Graves comme à Smith-Haut-Lafitte et Haut-Brion, les vendanges sont susceptibles d’être lancées d’ici la fin de la semaine ou le début de la prochaine, c’est-à-dire à peu près aux mêmes dates que l’année dernière.

“POUR LA QUALITÉ TOUS LES FEUX SONT AU VERT”

L’été chaud et sec de cette année aurait pu conduire à une précocité de la maturité globale du vignoble mais les aléas climatiques ont rendu la situation très hétérogène. La tendance est cependant à la précocité dans les blancs, selon le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB).

“On a eu cette année plusieurs épisodes de grêle dans pas mal de secteurs du Bordelais. On a eu de fortes pluies en mai et juin qui nous ont mis une pression parasitaire par le mildiou inconnue depuis plus de 40 ans et avec des dégâts plus ou moins importants que nous mesurerons lorsque la récolte sera totalement dans les chais. Il est impossible de faire une estimation auparavant”, a dit à Reuters Bernard Farges, le vice-président du CIVB.

Après “des mois de juillet et août particulièrement beaux et secs, avec une période caniculaire au début du mois d’août, tout cela amène des vendanges plutôt précoces en blanc. Pour le rouge on va attendre pour voir comment les choses vont avancer”, a-t-il précisé.

“Pour la qualité tous les feux sont au vert”, a-t-il estimé, tout en se refusant à évaluer la quantité.

“Sur les quantités on aura une récolte qui sera amputée et par la grêle et par le mildiou. De combien, on n’en sait absolument rien et tous ceux qui s’avanceraient à donner des chiffres aujourd’hui prendraient des risques”, a-t-il dit. Au printemps, environ 10.000 hectares de vignes ont été touchés par la grêle.

En 2017, le vignoble avait été lourdement affecté par le gel tardif et le volume global de la récolte avait atteint seulement 3,5 millions d’hectolitres, soit 39% de moins qu’en 2016 et un plus bas historique depuis 1991. Malgré la grêle et le mildiou, la récolte 2018 devrait être plus volumineuse. (Claude Canellas, édité par Julie Carriat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below