July 17, 2018 / 12:09 PM / 3 months ago

GESTION-La prudence favorise les actions US et les techs - enquête BAML

PARIS, 17 juillet (Reuters) - La part des actions dans les portefeuilles des gérants d’actifs mondiaux est tombée en juillet à un plus bas depuis novembre 2016, les inquiétudes entourant les tensions commerciales nourrissant l’aversion au risque et le retour vers des valeurs dites de croissance, comme le segment technologique et les actions américaines, montre mardi l’enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch (BAML).

Les craintes de guerre commerciale sont citées comme le principal risque pour les marchés par 60% des gérants interrogés, alors qu’ils n’étaient que 30% à l’identifier comme tel le mois dernier.

“Le sentiment des investisseurs est baissier ce mois-ci, avec des sondés surveillant le risque d’une possible guerre commerciale”, indique Michael Hartnett, responsable de la stratégie d’investissement chez BAML.

“L’allocation d’actifs vers les actions a baissé de façon notable et les attentes sur la croissance et les profits ont chuté”.

Selon l’enquête BAML, une proportion nette de 11% des gérants interrogés disent s’attendre à ce que les résultats des entreprises n’augmentent pas de 10% ou plus lors des douze prochains mois. En février dernier, ils étaient encore une proportion nette de 35% à estimer au contraire qu’ils le feraient.

Cette prudence a aussi conduit à des arbitrages géographiques et sectoriels importants au sein des actions en juillet.

Les investisseurs ont ainsi nettement réduit leur allocations vers les actions de la zone euro, des pays émergents et les valeurs bancaires pour aller vers des titres et des régions jugés plus défensifs.

La part des actions américaines dans les allocations d’actifs a ainsi bondi de neuf points de pourcentage en un mois pour atteindre une surpondération de 9%, la plus élevée depuis février 2017.

Par secteurs, 33% des gérants interrogés disent avoir une position à “surpondérer” sur la technologie et plus de 20% sur le compartiment pharmaceutique.

L’enquête de BAML a été menée du 6 au 12 juillet auprès de 231 investisseurs gérant un total de 663 milliards de dollars (566 milliards d’euros).

Blandine Hénault, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below