July 8, 2018 / 1:31 PM / 3 months ago

À WALL STREET-La saison des résultats débute dans l'incertitude commerciale

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK, 8 juillet (Reuters) - Maintenant que les Etats-Unis et la Chine sont passés des menaces aux actes en matière de droits de douane, les investisseurs vont pouvoir commencer dès cette semaine à disséquer les résultats et surtout les prévisions des entreprises américaines pour se faire une première idée de l’impact concret du conflit commercial entre les deux premières économies mondiales.

Les investisseurs craignent que cette confrontation avec la Chine, premier partenaire commercial des Etats-Unis, n’amène les entreprises américaines à reporter des projets d’investissements, lesquels ont bondi au premier trimestre après l’abaissement du taux de l’impôt sur les sociétés dans le cadre de la vaste réforme fiscale adoptée en décembre.

Les Etats-Unis et la Chine se sont mutuellement infligé vendredi des droits de douane sur 34 milliards de dollars (29 milliards d’euros) d’importations respectives, ce qui pourrait être le déclenchement d’un conflit commercial plus vaste.

Pour l’instant, les secteurs de l’industrie ou de l’aéronautique ont été les plus affectés en Bourse. L’indice S&P-500 des valeurs industrielles a perdu plus de 5% depuis que le président américain Donald Trump a annoncé le 1er mars qu’il allait imposer des droits de douane sur les importations d’acier et d’aluminium. Le Standard & Poor’s-500 , indice de référence des investisseurs, a pris plus de 1% sur cette période.

“CASSE-TÊTE”

Après l’adoption de la réforme fiscale, l’idée largement répandue était que les entreprises allaient augmenter non seulement leurs rachats d’actions et leurs dividendes mais aussi leurs investissements en 2018, rappelle Quincy Krosby, responsable de la stratégie de marché chez Prudential Financial.

“Ce que nous entendons de la part d’un certain nombre de directeurs financiers, c’est que si la question commerciale continue de dominer l’actualité et de créer encore plus d’incertitudes, ces projets pourraient être suspendus”, dit-elle.

Au premier trimestre, les dépenses d’investissement des entreprises cotées au S&P-500 ont connu leur plus forte croissance annuelle depuis 2011, montrent les données de S&P Dow Jones.

Les stratèges de DataTrek Research écrivent dans une note récente que le “casse-tête principal en terme d’organisation” au deuxième semestre pour les chefs d’entreprise américains porte sur les incertitudes liées à la question commerciale.

“La principale inquiétude porte sur la chaîne d’approvisionnement. Tellement de petits composants de pratiquement tout sont fabriqués en Chine et il peut y avoir un véritable ralentissement dans le secteur manufacturier à cause de ces droits de douane”, dit Tim Ghriskey, responsable de la stratégie d’investissement chez Inverness Counsel, tout en ajoutant: “Pour chaque entreprise pénalisée, il y a une entreprise qui est avantagée. Ce n’est en aucun cas négatif pour tout le monde.”

La publication des résultats du deuxième trimestre débute vraiment cette semaine à Wall Street avec les banques JPMorgan Chase, Wells Fargo et Citigroup vendredi. Plus de 200 entreprises du S&P-500 publieront leurs résultats trimestriels au cours des deux semaines suivantes.

BÉNÉFICES TRIMESTRIELS ATTENDUS EN HAUSSE DE 20,7%

Parmi elles, certaines risquent de se retrouver piégées au milieu d’une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, comme Boeing, Honeywell, Whirlpool ou Western Digital. Caterpillar annoncera ses résultats le 30 juillet.

Des analystes estiment que la croissance des bénéfices au deuxième trimestre pourrait égaler voire dépasser celle du premier, qui, à 26,6%, a été la plus forte depuis le quatrième trimestre 2010 selon les données de Thomson Reuters. Mais ces performances pourraient être éclipsées par les prévisions pour les trimestres à venir et l’impact potentiel des droits de douane.

“Ça domine le paysage pour le moment. L’impact ne sera pas sur les bénéfices déjà réalisés, cela pourrait cependant avoir un impact sur les prévisions qui accompagneront (les résultats), dans la mesure où les dirigeants ont fourniront”, dit Mark Luschini, responsable de la stratégie d’investissement chez Janney Montgomery Scott.

Certains investisseurs pensent cependant que les mauvaises nouvelles sont déjà intégrées dans les valorisations boursières et que Wall Street pourrait progresser durant la saison des résultats.

Les anticipations des analystes concernant les bénéfices sur le S&P-500 au deuxième trimestre se sont de fait améliorées depuis avril. Les bénéfices des entreprises sont désormais attendus en hausse de 20,7% sur la période avril-juin selon les données de Thomson Reuters. (Avec April Joyner Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below