July 4, 2018 / 2:02 AM / 5 months ago

RESUME DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (04/07)

PARIS - Les députés français ont adopté dans la nuit les propositions de loi (PPL) controversées relatives à la “manipulation de l’information” destinées à empêcher la diffusion artificielle de fausses nouvelles en période électorale.

L’examen de ces textes, dans le cadre des “niches parlementaires”, avait commencé début juin dans une atmosphère tendue, certains élus pointant l’inutilité des mesures envisagées, alors que des lois existent déjà, d’autres les dangers pour la liberté d’expression et celle de la presse.

Comme en juin, la définition de fausse information a fait l’objet d’âpres débats qui se sont achevés avec l’adoption d’un amendement, mardi, remplaçant l’idée de la “mauvaise foi” par l’intention “délibérée”.

—-

BERLIN - L’accord conclu par l’Union chrétienne démocrate (CDU) d’Angela Merkel et l’Union chrétienne sociale (CSU), son alliée bavaroise, sur la politique migratoire a suscité mardi le scepticisme de leurs partenaires sociaux-démocrates, qui ont demandé davantage de temps pour l’examiner.

Le compromis présenté lundi soir par la secrétaire générale de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, prévoit la création de centres de transit à la frontière avec l’Autriche où les migrants ayant déjà demandé l’asile dans un autre pays de l’Union européenne seraient maintenus en attendant la conclusion d’accord bilatéraux sur leur renvoi.

Le Parti social-démocrate (SPD), qui cohabite avec les conservateurs de la CDU-CSU au sein de la Grande Coalition au pouvoir, s’est jusqu’ici opposé à une telle mesure.Les sociaux-démocrates, membres de la coalition gouvernementale allemande dirigée par Angela Merkel, ont déclaré hier matin avoir besoin de passer au crible le compromis sur la politique migratoire intervenu hier entre la CDU et la CSU, les deux autres partis de la coalition.

STRASBOURG - La protection des frontières extérieures sera l’une des trois priorités de la présidence de l’Autriche qui prend pour six mois la tête de l’Union européenne, a déclaré à Strasbourg hier son chancelier, Sebastian Kurz.

Le dirigeant conservateur de 31 ans, qui conduit à Vienne un gouvernement de coalition avec l’extrême droite, a débuté son discours devant le Parlement européen en insistant sur son âge et le fait que l’Europe est pour lui “une évidence”.

“Il faut protéger les frontières extérieures de l’Europe pour garantir qu’il n’y ait pas de frontières au sein de l’Europe”, a-t-il dit en qualifiant de “tournant” les conclusions du Conseil européen du 29 juin.

PARIS - La France va accueillir 130 migrants qui se trouvaient à bord de l’Aquarius et du Lifeline, deux navires humanitaires au coeur fin juin de tensions entre pays européens, et leur octroyer le droit d’asile, a-t-on appris hier auprès du Quai d’Orsay et de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides.

Pour le Lifeline, l’Ofpra “a pu mener à bien plusieurs dizaines d’entretiens qui ont permis d’établir une liste de 52 personnes relevant d’un besoin de protection internationale”, a indiqué la porte-parole du ministère des Affaires étrangères lors d’un point presse. “Le transfert vers la France sera organisé dans les prochains jours”.

PARIS - Les autorités françaises enferment massivement des étrangers en centres de rétention et violent les droits de milliers de migrants, le tout pour une efficacité limitée, dénoncent six associations dans leur rapport 2017 publié hier.

Au total, la Cimade, France terre d’Asile, l’Ordre de Malte et trois autres organisations dénombrent 46.800 placements dans les centres de rétention métropolitains, un chiffre en hausse de 17% par rapport à 2016, faisant de la France “l’Etat membre de l’Union européenne qui enferme le plus”.

Cette progression est “principalement due à l’enfermement, dans le Calaisis et à Paris notamment, de personnes en provenance de pays largement considérés comme exposant leurs ressortissants à des risques graves en cas de retour”, écrivent les signataires du rapport, pour qui cette “systématisation” ne permet pas d’atteindre le but recherché.

—-

DUBAÏ - Les ministres des Affaires étrangères de l’Iran et des cinq pays qui continuent de respecter l’accord sur le nucléaire iranien se retrouveront vendredi à Vienne pour envisager les moyens de préserver cet accord après le retrait des Etats-Unis, rapportait hier l’agence de presse iranienne Irna.

Les cinq puissances auxquelles l’agence fait allusion sont la Chine, la Russie, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, signataires en juillet 2015 de l’accord sur le programme nucléaire iranien, qu’avait également signé Washington.

Le président Donald Trump a annoncé début mai que les Etats-Unis se retiraient de l’accord, en vertu duquel Téhéran a accepté un encadrement strict de ses activités nucléaires en échange d’une levée de la majeure partie des sanctions internationales.

—-

BRUXELLES/BERLIN - La Chine exhorte l’Union européenne à publier une déclaration commune contre la politique commerciale du président américain Donald Trump à l’occasion du sommet qui les réunira en juillet à Pékin mais elle peine à convaincre, ont déclaré des responsables de l’UE.

Lors de réunions à Bruxelles, Berlin et Pékin, le vice-Premier ministre chinois, Liu He, et le conseiller d’Etat Wang Yi, chef de la diplomatie chinoise, ont notamment proposé une alliance entre les deux grands blocs économiques et offert d’ouvrir davantage le marché chinois, en signe de bonne volonté.

Pékin a ainsi défendu une procédure commune de la Chine et de l’UE contre les Etats-Unis devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Mais l’UE, première puissance commerciale mondiale, a rejeté cette idée, ont indiqué des responsables européens à Reuters, avant le sommet avec la Chine, qui doit se tenir les 16 et 17 juillet.

—-

PARIS - Greenpeace a annoncé hier avoir fait s’écraser un drone revêtu d’un costume de Superman sur un bâtiment d’une centrale nucléaire française pour prouver la vulnérabilité de ces installations aux attaques.

Selon l’organisation de défense de l’environnement, l’engin piloté par un militant s’est écrasé contre un mur d’une piscine d’entreposage de combustible usé de la centrale EDF de Bugey (Ain), après être entré dans la zone de survol interdit.

“Cette action démontre une nouvelle fois l’extrême vulnérabilité de ce type de bâtiment, qui est pourtant celui qui contient le plus de radioactivité dans une centrale nucléaire”, écrit Greenpeace dans un communiqué.

—-

PARIS - Le gouvernement va créer 10.000 nouvelles places dans l’enseignement supérieur à la rentrée prochaine pour éviter à l’avenir le scénario de filière encombrées et d’étudiants sans affectation, a annoncé hier la ministre Frédérique Vidal.

Avec le Premier ministre, Edouard Philippe, “nous avons pris un engagement : ne pas reproduire les erreurs passées et anticiper de façon pérenne la demande des étudiants”, déclare la ministre de l’Enseignement supérieur dans une interview publiée sur le site du Figaro.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below