June 23, 2018 / 4:03 PM / a month ago

Le pari à $6,6 mds d'un trader français expose les défaillances du marché

* Le trader s’est exposé à $5,3 mds sur les futures S&P500

* Aucune alerte ne s’est déclenchée

* Dix ans après Kerviel, la gestion du risque remise en cause

par Blandine Henault et Julien Ponthus

PARIS/LONDRES, 22 juin (Reuters) - Un trader français, agissant pour son propre compte, a pris une position cumulée de 6,6 milliards de dollars sur des contrats à terme sur des indices actions, alors que son compte n’excédait pas 20.000 euros, sans que cela n’alerte personne dix ans après l’affaire Kerviel.

Le jeudi 29 juin 2017, Harouna Traoré, 41 ans, a détenu une position acheteuse de 43.941 contrats futures sur le S&P 500, soit une exposition nette de 5,3 milliards de dollars, et de 34.388 contrats futures sur l’EuroStoxx 50, soit une exposition nette de 1,2 milliard d’euros, des ordres passés via le courtier britannique Valbury Capital, selon des relevés de trading vus par Reuters.

Harouna Traoré, qui commençait tout juste sa carrière de trader après avoir fini une formation de huit semaines, prend d’abord position sur les contrats futures EuroStoxx 50 alors que le marché actions est en baisse ce jour-là. Il clôt progressivement ses positions avant la clôture de l’indice européen à 17h30. Son compte affiche alors une perte de 2,4 millions d’euros.

Il décide ensuite de négocier sur les contrats futures S&P 500 et parvient à terminer la journée sur un gain de 13,6 millions de dollars grâce à un retournement de marché. A la fin de la journée, son solde créditeur est de près de 11 millions de dollars.

Dans un document transmis à la justice qu’a pu obtenir Reuters, Harouna Traoré indique avoir commencé ce matin-là à trader chez Krechendo, une trading arcade présente en France basée sur le modèle des salles de marché londoniennes.

Aux alentours de midi, il clôture ses positions et décide de rentrer chez lui afin de s’entraîner sur une version en simulation de la plateforme de trading X Trader de Valbury avant de réaliser que ses ordres, et sa perte de plus d’un million d’euros sur cette plateforme, étaient bien réels.

“J’ai pensé que ma vie était finie. Je me suis dit comment je vais faire pour rembourser tout ça ?”, a expliqué Harouna Traoré à Reuters.

Il décide de continuer à trader dans ce qui s’est avéré être une tentative réussie pour combler ses pertes.

“TROP CHOQUÉ”

Le lendemain, il reste chez lui. “J’étais trop choqué”, se rappelle-t-il.

Comme à l’habitude, Harouna Traoré reçoit le vendredi de la part de Valbury son relevé de compte, qui recense tous les ordres passés la journée précédente. Il n’a aucun contact avec le courtier avant qu’il ne se décide à l’appeler le lundi suivant pour expliquer ce qui s’est passé.

En juillet, Valbury indique à Harouna Traoré avoir ouvert une “enquête officielle” et gelé son compte. Trois semaines plus tard, le broker conclut que le trader a agi en violation du contrat qui les lie, annule les transactions et gèle le versement des gains réalisés par Harouna Traoré lors de sa folle journée de trading.

Le 10 janvier 2018, le trader français assigne en justice Valbury devant le Tribunal de grande instance de Pontoise pour récupérer ses gains.

Selon un courriel vu par Reuters envoyé par Valbury à Harouna Traoré, le trader français disposait d’un compte de 20.000 euros avec une limite de 10 contrats par jour.

La valeur d’un contrat future EuroStoxx 50 est actuellement d’environ 34.000 euros (un point sur l’indice vaut 10 euros) et de 137.500 dollars pour un contrat future S&P 500 (50 dollars le point).

“Je confirme qu’il y avait une limite contractuelle sur le compte”, a indiqué Robert Falkner, avocat au sein du cabinet Reed Smith à Londres qui représente Valbury Capital, interrogé sur la présence de limites de passage d’ordres sur le compte de Harouna Traoré. Il n’a pas souhaité faire plus de commentaires dans ce dossier.

Mais selon les paramètres de risque sur le compte d’Harouna Traoré, dont Reuters a pu consulter une capture d’écran, il est indiqué que le crédit utilisateur est “illimité”.

“Il y a eu une erreur sur le compte”, explique à Reuters Tarek Elmarhri, fondateur de Krechendo Trading, qui est averti le lundi par Harouna Traoré des positions folles prises quelques jours avant par le trader. Cela signifie que Harouna Traoré “pouvait acheter un montant de contrats illimités sur son compte de trading de 20.000 euros”, ajoute-t-il.

Harouna Traoré aurait pu perdre entre 100 et 200 millions d’euros si le marché avait baissé de l’ordre de 3% à 4%, explique Tarek Elmarhri.

Harouna Traoré a démenti catégoriquement à Reuters les affirmations selon lesquelles il s’était aperçu quelques jours avant de l’absence de limites de son contrat et qu’il était parfaitement au courant dès le départ qu’il tradait le 29 juin en plateforme en temps réel afin de se “refaire” d’une perte accusée dans la matinée.

Selon plusieurs sources, il accusait un déficit de 900 euros à l’issue de sa session de trading chez Krechendo.

“UN NOUVEAU KERVIEL”

Le montant substantiel de contrats négociés par Harouna Traoré, plusieurs milliers sur les contrats futures, est démesuré par rapport au nombre d’ordres qu’est habituellement autorisé à passer quotidiennement un trader, ce qui interroge sur l’absence d’alertes et la gestion du risque dans l’industrie financière dix ans après le scandale Kerviel, qui s’était soldé par une perte de 4,9 milliards d’euros pour la Société générale.

“Je ne comprends même pas comment un courtier en ligne peut autoriser des clients à passer des ordres pareils, avec des montants pareils, ça devrait automatiquement être bloqué”, s’étonne Jérôme Legras, responsable de la recherche chez Axiom Alternative Investments, un fonds qui investit dans des actions et obligations de l’industrie financière.

“Beaucoup a été fait en termes de contrôle” depuis la crise financière, ajoute Jérôme Legras qui travaillait dans la division de financements structurés chez Société générale à l’époque du scandale Kerviel en 2008.

Selon Tarek Elmarhri, c’est parce que Harouna Traoré est parvenu à finir sur un gain et qu’il a clos ses positions avant la clôture du marché - ce qui n’a pas déclenché d’appels de marge - que son trading est passé inaperçu jusqu’au lundi.

“Cela pourrait se reproduire encore, la réglementation actuelle n’est pas efficace”, prévient Tarek Elmarhri évoquant la mise en oeuvre de MiFid II en début d’année. “On pourrait avoir un nouveau Jérôme Kerviel comme on pourrait avoir un nouveau trader fou”.

La FCA, l’autorité britannique de régulation financière, n’a pas souhaité faire de commentaires, tandis que l’AMF a indiqué qu’elle ne commentait pas les dossiers particuliers.

Selon son profil LinkedIn, Harouna Traoré a travaillé de 2013 à 2017 pour Thomson Reuters, la maison mère de Reuters. (édité par Marc Joanny)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below