June 20, 2018 / 9:16 AM / 2 months ago

ENTRETIEN MARCHÉS-Les actions chinoises deviendront incontournables-BlackRock

* Une classe d’actifs encore délaissée mais en mutation

* Un marché appelé à grossir progressivement

* Les indices MSCI intègrent des actions de classe A

* Alibaba, Baidu et d’autres vers une cotation en Chine

par Patrick Vignal

PARIS, 20 juin (Reuters) - Longtemps délaissées par les investisseurs étrangers, les actions chinoises s’ouvrent lentement au monde, une évolution qui en fera à terme une classe d’actifs incontournable, prédit Helen Zhu, responsable de la gestion fondamentale sur les actions Chine chez BlackRock, numéro un mondial de la gestion d’actifs.

Il faut distinguer un marché “offshore”, déjà ouvert aux capitaux étrangers mais assez petit, et un marché “onshore”, soit domestique, bien plus volumineux et toujours relativement fermé, même si les choses commencent à bouger, explique-t-elle.

Encore sous-représentée dans l’univers des actions, la deuxième économie du monde ne pèse que moins de 3% dans le principal indice actions global de MSCI.

“D’ici trois à cinq ans, on devrait être plus proche de 10%”, dit Helen Zhu.

La Chine se taille déjà la part du lion dans l’indice MSCI des marchés émergents avec un poids compris entre un quart et un tiers qui pourrait, lui aussi, gonfler considérablement pour atteindre la moitié dans quelques années, toujours selon la spécialiste de BlackRock.

L’une des raisons en est l’inclusion par MSCI des actions chinoises de catégorie A, qui sont celles cotées sur le marché “onshore” et sont libellées en yuans, dans ses indices de référence depuis le 1er juin.

UN PETIT PAS EN AVANT

La première vague de cette mesure, repoussée à plusieurs reprises par le fournisseur d’indices, concerne 226 actions.

Il s’agit d’une étape importante vers l’ouverture des Bourses chinoises aux marchés mondiaux, même si la première vague ne concerne que 5% du marché “onshore”, explique Helen Zhu.

“C’est le début d’un parcours très significatif et très symbolique”, dit-elle. “A cause du contrôle des capitaux et d’autres héritages, ce marché massif et très liquide n’a jamais été intégré dans les indices de référence. D’ici à trois, cinq ou sept ans, selon les prévisions des uns et des autres, nous assisterons à un changement significatif du régime de la composition des indices régionaux et globaux.”

Un autre élément capital mais sous-estimé, selon Helen Zhu, concerne les actions de groupes détenus en majorité par l’Etat et dites non-échangeables, vestiges de la préhistoire, pas si éloignée, du système financier chinois.

Le gouvernement prévoit en effet de mettre à l’essai la conversion de ces titres cotés à Hong Kong en actions échangeables, première étape vers leur intégration dans les indices, explique-t-elle.

DES RÉTICENCES À SURMONTER

Depuis l’ouverture, en 1990, des Bourses de Shanghai et Shenzen, le marché actions chinois est devenu progressivement plus accessible aux étrangers, d’abord grâce à des systèmes de quotas puis avec la création, en novembre 2014, du programme Stock Connect reliant les deux places de Chine continentale à celle de Hong Kong dans le but de permettre aux investisseurs d’échanger plus facilement leurs titres sur chacun de ces marchés.

L’inclusion des actions A dans les indices MSCI, où ne figuraient jusqu’à présent que des actions H, soit des titres cotés à Hong Kong et libellés en dollars locaux, ou des actions chinoises cotées à New York, marque donc une avancée qui n’en est qu’à ses balbutiements.

Il faudra en effet du temps pour que les investisseurs surmontent leurs réticences vis-à-vis d’une classe d’actifs qu’ils sous-pondèrent ou n’acceptent dans leur portefeuille que sous la forme de titres de la sphère internet cotés aux Etats-Unis comme Alibaba ou Tencent, explique encore Helen Zhu.

Outre les inquiétudes concernant un possible atterrissage brutal de la croissance chinoise, scénario auquel la stratège de BlackRock dit ne pas croire, les investisseurs se méfient également des tensions commerciales croissantes entre la Chine et les Etats-Unis.

LES EXILÉS RENTRENT AU BERCAIL

Autre obstacle à l’adhésion du monde extérieur, les craintes d’un assèchement de la liquidité sur le marché “onshore”, en territoire négatif depuis le début de l’année, contrairement à son équivalent “offshore”.

Des craintes alimentées par les efforts des autorités chinoises pour stabiliser l’endettement massif de leur économie mais aussi par la perspective de voir les géants industriels chinois émigrés à Wall Street revenir en Chine sous la forme d’une cotation secondaire.

Ces Chinese Depositary Receipts (CDR), conçus sur la base des American Depositary Receipts (ADR) de Wall Street, doivent se matérialiser à partir du second semestre.

Cinq sociétés - Alibaba, Baidu, Tencent , JD.com et NetEase - répondent aux critères définis par les autorités chinoises, dont le souci est de s’assurer une présence sur le marché chinois de ces représentants de la nouvelle économie.

“Parce que ces sociétés sont de taille importante, même un petit pourcentage d’actions nouvelles représenterait une portion significative de l’offre chinoise normale en termes d’introductions en Bourse”, explique Helen Zhu.

“Les régulateurs en ont conscience mais peuvent maîtriser le phénomène en réduisant la taille des émissions et en étalant le calendrier”, ajoute-t-elle.

Le paysage des marchés chinois change donc, d’autant plus que les obligations vont elles aussi intégrer les indices mondiaux de référence, avec des volumes encore plus impressionnants.

“Tout cela va devenir important”, souligne Helen Zhu avant d’en revenir aux actions.

“Actuellement, les investisseurs internationaux n’ont pas besoin d’investir dans un pays qui ne représente que 2 à 3% de leur indice. Cela va changer. Ce n’est pas pour tout de suite mais dans trois à cinq ans, les actions chinoises seront devenues une classe d’actifs que plus personne ne pourra ignorer”.

édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below