June 15, 2018 / 2:35 PM / 2 months ago

GESTION-Les flux disent : "America is Great Again", jusqu'à quand ?-BAML

    * $29 mds de flux nets sur les fonds actions US en six
semaines
    * Des rachats nets de $13 mds sur les fonds en actions
européennes
    * Remporter l'organisation du Mondial, pénalisant pour les
indices

    PARIS, 15 juin (Reuters) - Les fonds d'investissement dédiés
aux actions américaines ont bénéficié d'entrées nettes à hauteur
de plus de 10,3 milliards de dollars sur la semaine au 13 juin
tandis que ceux investis dans les autres grandes zones
géographiques subissaient tous des rachats, ce qui a encore
accentué la domination des actifs risqués américains vis-à-vis
du reste du monde, manifeste depuis le début de l'année, montre
une étude hebdomadaire publiée vendredi par Bank of America
Merrill Lynch Global Research.
    Sur les six dernières semaines, les entrées nettes sur les
fonds en actions américaines ont totalisé 29 milliards de
dollars (25 milliards d'euros) tandis que les sorties sur les
fonds en actions européennes atteignaient 13 milliards. 
    Sur les sept dernières semaines, les fonds spécialisés sur
les actifs émergents - dette et actions - ont subi une
décollecte de 12 milliards de dollars, selon cette étude qui
reprend des données d'EPFR Global, société de recherche
spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes
sociétés internationales de gestion.
    Les actions américaines ne sont que 3% en dessous de leur
pic historique, les japonaises à 19%, celles de la zone euro à
27% et les chinoises à 32%, notent les analystes de Bank of
America Merrill Lynch (BAML). 
    Ils soulignent aussi qu'après le maintien d'une orientation
accommodante de la politique monétaire en zone euro par la
Banque centrale européenne et un durcissement du ton de la
Réserve fédérale, l'écart de taux à cinq ans entre les
Etats-Unis et l'Allemagne est au plus haut depuis la chute du
Mur de Berlin. 
    
    
    EFFET MONDIAL 
    Ils mettent toutefois en garde et rappellent que les pays
qui se sont vus décerner l'organisation de la Coupe du monde de
football, comme c'est le cas des Etats-Unis aux côtés du Mexique
et de Canada cette année pour le rendez-vous de 2026, s'en sont
rarement bien trouvés dans les douze mois à deux ans qui ont
suivi. 
    
    
    Sur la seule semaine au 13 juin, la multiplication
d'événements à risque, de la rencontre Trump-Kim aux réunions de
politique monétaire de la BCE, de la Fed et de la Banque du
Japon, n'a pas empêché les investisseurs de privilégier les
actifs à risque avec 5,6 milliards de dollars de collecte nette
sur les fonds actions, 100 millions de dollars de rachats sur
les fonds obligataire et 300 millions de dollars de sorties
nettes sur les fonds en métaux précieux, principalement l'or.  
    
    Souscriptions(+)/Rachats(-) nets par grandes catégories de
fonds (en milliards de dollars):
 
                        Semaine au 13       2018
                            juin         
 Actions                    +5,6          +146,39
                                         
 Obligataires               -0,1           +53,32
                                         
 Monétaires                -41,75          -21,0
                                         
 Matières premières         -0,32          +6,28
                                         
 
    

    
 (Marc Joanny, édité par Marc Angrand)
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below