June 12, 2018 / 6:45 PM / 5 months ago

CORR-ENCADRE-La Française des Jeux, des Gueules cassées à la privatisation

(Clarifie §§9-10 le tour de table de FDJ)

PARIS, 12 juin (Reuters) - Le projet de loi Pacte qui sera présenté le 18 juin en conseil des ministres ouvre la voie à une privatisation du groupe Française des Jeux (FDJ), une opération évoquée de longue date.

Quatrième loterie mondiale et numéro deux européenne derrière l’italienne Lottomatica, la FDJ est contrôlée à 72% par l’Etat français qui, s’il venait à en céder 30% du capital, pourrait espérer récolter entre 600 et 800 millions d’euros.

Des opérateurs de contenus, de casinos, des loteries étrangères ou plusieurs d’entre eux réunis en consortium, pourraient être intéressés.

La banque BNP Paribas et le cabinet d’avocats Weil, Gotshal & Manges LLP ont été mandatés par l’Agence des participations de l’Etat (APE) dans ce dossier.

Les 2.100 salariés du groupe, actionnaires à hauteur de 5%, ne voient cependant pas d’un très bon oeil la perspective d’une privatisation partielle dont l’idée, déjà évoquée en 2009 lors de la libéralisation du marché des jeux en ligne puis à nouveau en 2014, a jusqu’ici fait long feu.

La FDJ représente plus de la moitié des jeux d’argent en France et revendique 26 millions de joueurs dans les jeux de grattage, de tirage et les paris sportifs.

Elle est l’héritière de la Loterie nationale créée en 1933, elle-même inspirée de la loterie de l’association des “Gueules cassées” qui venait en aide aux soldats défigurés de la Première Guerre mondiale.

L’appellation Française des Jeux a été adoptée en 1991, après celles de SLNLN (Société de la loterie nationale et du loto national) en 1979 et de France Loto dix ans plus tard.

Le tour de table de la FDJ, à donner le tournis, reflète cette longue histoire. Aux côtés des actionnaires historiques (Union des blessés de la face et de la tête, fédération Maginot) - 13,5% du capital - et des salariés figure le vaste réseau des buralistes.

Sont également concernés par le dossier les partenaires européens de l’EuroMillions et les relais presse, ainsi que plusieurs ministères de tutelle - Intérieur, Culture, Action et Comptes publics - l’Etat encaisse 22% de toutes les mises ainsi que de substantiels dividendes - et Sports, la FDJ étant la première source de financement des activités sportives en France.

La Française des Jeux a dépassé l’an dernier la barre des 15 milliards d’euros de mises de jeux et a réalisé 1,76 milliard de chiffre d’affaires. Son résultat net a progressé de 2,8% à 181 millions.

A horizon 2020, elle ambitionne d’atteindre 20% des mises de jeux sur des supports numériques contre 11% en 2017, afin de rajeunir sa clientèle.

Voir aussi :

06/06/2018-ANALYSE-Groupe ADP-Foncier, réglementation et trafic détermineront la valorisation

06/06/2018-ENCADRE-Groupe ADP-Trafic en hausse et accès facilité pour un futur acquéreur

Gilles Guillaume, édité par Benjamin Mallet et Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below