June 12, 2018 / 11:09 AM / 6 months ago

Les fonds surpondèrent désormais les actions américaines-enquête BAML

LONDRES, 12 juin (Reuters) - Les investisseurs professionnels surpondèrent les actions américaines pour la première fois depuis 15 mois, les Etats-Unis étant la seule région offrant des perspectives favorables en matière de bénéfices, montre mardi l’enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch (BAML).

La part des actions américaines dans les allocations d’actifs a bondi de 16 points de pourcentage en un mois pour atteindre un point de surpondération, et 64% des investisseurs jugent que les sociétés cotées américaines offrent les meilleures perspectives de profits, le chiffre le plus élevé enregistré depuis 17 ans.

Toutes les autres grandes régions sont jugées défavorablement en matière d’évolution des bénéfices.

Le regain d’intérêt pour les actions américaines s’est opéré en dépit du fait que les “FAANG” (Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Google) et les “BAT” (Baidu, Alibaba, Tencent), les grandes valeurs de hautes technologies cotées à Wall Street, restent considérées comme le segment de marché le plus “encombré” pour le cinquième mois d’affilée, montre l’étude BAML.

Le risque extrême pour les marchés le plus fréquemment cité par les investisseurs est celui d’une guerre commerciale, évoqué par 31% d’entre eux, devant celui d’une erreur de politique monétaire de la Réserve fédérale ou de la Banque centrale européenne (26%).

“La rotation de juin montre que les investisseurs vendent les cycliques (comme) les banques, les marchés émergents et les actions de la zone euro au profit des secteurs défensifs et des actions américaines”, explique BAML.

Les actions européennes restent surpondérées mais leur poids dans les allocations est revenu à son plus bas niveau depuis 18 mois.

Au sein des fonds européens, les tensions commerciales ont eu pour effet une chute sans précédent depuis la création de l’enquête des allocations en faveur des valeurs automobiles: le solde net des réponses est passé un en mois d’une surpondération à 21% à une sous-pondération à 15%.

Le sentiment des investisseurs sur les perspectives de croissance en Europe est lui tombé à son plus bas niveau depuis le référendum de juin 2016 sur le Brexit, avec 9% des gérants disant s’attendre à un ralentissement économique d’ici un an.

L’enquête a été menée du 1er au 7 juin auprès de 235 investisseurs gérant un total de 684 milliards de dollars (580 milliards d’euros). (Sujata Rao et Helen Reid; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below