May 10, 2018 / 7:52 AM / 3 months ago

LEAD 1-UniCredit réalise son meilleur premier trimestre depuis 2007

(Actualisé avec précisions, commentaire d’analystes)

par Valentina Za

MILAN, 10 mai (Reuters) - UniCredit, première banque d’Italie, a publié jeudi ses meilleurs résultats sur un premier trimestre depuis 2007 avec un bénéfice supérieur aux attentes et elle a annoncé qu’elle réduirait ses créances douteuses plus rapidement que prévu.

Le titre prenait 2,63%, l’une des plus fortes hausses de l’indice du secteur bancaire européen (+0,5%), à 07h50 GMT.

UniCredit a réalisé sur la période janvier-mars un bénéfice net de 1,1 milliard d’euros alors que les analystes l’attendaient en moyenne à 766 millions d’euros, selon un consensus fourni par la banque elle-même.

Le produit net bancaire a augmenté de 4% par rapport au trimestre précédent à 5,1 milliards d’euros, gonflé essentiellement par les commissions, tandis que le revenu net d’intérêts s’est légèrement tassé.

Les dépréciations de prêts ont baissé plus fortement que prévu par rapport à l’année précédente, à 496 millions d’euros.

La banque italienne a aussi réalisé des économies plus importantes que prévu au premier trimestre.

Pénalisée comme l’ensemble du secteur bancaire italien par le poids des créances douteuses dans son bilan à la suite de la crisse financière mondiale, UniCredit s’est engagée dans une restructuration après avoir placé le français Jean-Pierre Mustier à sa tête en 2016.

Elle a levé 13 milliards d’euros début 2017, l’une des plus importantes augmentations de capital jamais réalisées en Europe, pour assainir son bilan.

“(UniCredit) a coché une nouvelle case dans sa restructuration avec ces résultats du premier trimestre 2018, il faut s’attendre à voir l’action surperformer aujourd’hui”, écrivent les analystes de Jefferies dans une note.

UniCredit estime désormais que le montant total de ses créances douteuses atteindra 37,9 milliards d’euros fin 2019, ce qui serait une meilleure performance que les 40,3 milliards prévus en décembre.

Elle prévoit de se débarrasser de prêts non-performants représentant 4 milliards d’euros cette année après en avoir déjà cédé pour 16 milliards en 2017.

Son ratio de fonds propres “durs” s’établit à 13,06% après la prise en compte de nouvelles normes imposant aux banques de comptabiliser les pertes anticipées et plus seulement les pertes effectives. (Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below