May 9, 2018 / 2:51 PM / 4 months ago

Nouvelles discussions en Italie entre la Ligue et le M5S

ROME, 9 mai (Reuters) - Le dirigeant de la Ligue d’extrême droite, Matteo Salvini, a déclaré mercredi qu’il poursuivait ses efforts en vue de parvenir à un accord de gouvernement en Italie avec le Mouvement 5 Etoiles (M5S) mais qu’il restait encore “beaucoup à faire”.

Après les élections législatives du 4 mars qui n’ont dégagé aucune majorité au Parlement, le président de la République Sergio Mattarella a décidé de nommer pour six mois un gouvernement transitoire et “neutre”, composé de techniciens et chargé de préparer le projet de budget pour 2019.

La Ligue et le M5S sont hostiles à cette idée.

Mercredi, le chef de l’Etat a repoussé de vingt-quatre heures l’annonce du choix du prochain président du Conseil, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, le chef du M5S, l’ayant informé qu’ils avaient décidé de mener dans la journée de nouvelles négociations après les tentatives infructueuses de ces dernières semaines.

Le M5S se dit prêt à gouverner avec la Ligue mais exclut catégoriquement tout accord avec Forza Italia, le mouvement de Silvio Berlusconi, considéré par le parti anti-système comme un symbole de la corruption et de l’”ancien monde”.

Matteo Salvini, lui, refuse obstinément de couper les ponts avec Forza Italia et il l’a redit mercredi après-midi. Toutefois, plusieurs dirigeants de la Ligue, et même certains membres de Forza Italia, ont suggéré que Silvio Berlusconi décide de lui-même, “volontairement”, de se retirer du jeu.

Mardi soir, le “Cavaliere” a démenti vouloir se retirer. Quelques heures auparavant, plusieurs sources au sein de Forza Italia avaient rapporté à Reuters que Berlusconi envisageait de renoncer à une participation de son parti au futur gouvernement.

La coalition de droite (Ligue, Forza Italia et Frères d’Italie) est arrivée en tête des élections de mars mais le M5S s’est imposé comme le premier parti du pays.

On voit mal comment le gouvernement “neutre” voulu par le président Mattarella pourrait obtenir la confiance du Parlement, face à l’hostilité de la Ligue et du M5S.

Si l’idée du chef de l’Etat est rejetée par les parlementaires, des élections anticipées semblent inévitables.

La date la plus proche possible pour la tenue de ce scrutin est le 22 juillet mais de nombreux Italiens seront en vacances et la participation devrait en pâtir.

Les élections législatives italiennes se tiennent traditionnellement au printemps. Le scrutin qui s’est tenu le plus tardivement a été celui de 1983, quand les électeurs ont été appelés aux urnes le 26 juin. (Steve Scherer, Gavin Jones et Massimiliano Di Giorgio; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below