May 8, 2018 / 12:04 PM / 13 days ago

ENCADRE ACTUALISE-Total, Airbus, PSA/Renault, parmi les groupes exposés à l'Iran

(Actualisé avec précision de Vinci)

PARIS, 8 mai (Reuters) - Voici la liste des grandes entreprises françaises exposées à l’Iran alors que Donald Trump doit annoncer à 18h00 GMT (20h00 heure française) sa décision au sujet de l’accord international sur le programme nucléaire iranien conclu à Vienne en juillet 2015 au terme de 12 ans de discussions.

TOTAL a signé en juillet 2017 un accord avec l’Iran en vue de développer la phase 11 de South Pars, le plus grand gisement de gaz naturel au monde, avec un investissement initial de l’ordre d’un milliard de dollars.

Le groupe français a réaffirmé à plusieurs reprises son engagement dans ce projet, précisant toutefois qu’il disposait de plusieurs options pour se désengager en cas d’évolution de la situation, l’une d’entre elles pouvant consister à revendre ses parts dans South Pars au groupe chinois CNPC.

AIRBUS - La compagnie nationale IranAir a commandé une centaine d’appareils au constructeur aéronautique européen pour un montant de $20,8 milliards (€17,5 milliards) sur la base des prix catalogue, qui font toutefois l’objet de remises importantes, souvent de plus de 50%. Sur cette même base, les commandes passées par Téhéran à Boeing s’élèvent à $17 milliards (€14,3 milliards).

* Tableau des commandes de l’Iran à Airbus et Boeing.

RENAULT et PSA, leaders historiques du marché automobile iranien, ont rapidement signé de nouveaux accords de production avec les constructeurs locaux Iran Khodro et Saipa une fois les sanctions levées. Présent depuis 2003 dans le pays, qui est son 8e marché mondial, Renault a signé en juillet 2017 un nouvel accord pour produire 150.000 véhicules supplémentaires au sein d'une coentreprise, qui doit s'ajouter aux capacités existantes de 200.000 unités dans le pays. PSA a signé également en 2016, deux accords: Peugeot avec Iran Khodro et Citroën avec Saipa. Selon Business France bit.ly/2FTnK1T, l'Iran produit chaque année plus d'un million de véhicules, chiffre qu'il souhaite porter à trois millions d'ici 2030.

BOUYGUES et ADP ont renoncé l’an dernier à construire et exploiter un nouveau terminal à l’aéroport Khomeyni de Téhéran, les BANQUES étant réticentes à financer le projet.

VINCI, qui a signé début 2016 un protocole d’accord pour l’extension et la concession des aéroports de Mashhad et Ispahan, a précisé mardi que les discussions n’étaient pas à ce jour finalisées, soulignant qu’elles s’étaient “toujours inscrites dans le respect des règles du droit international”.

AIR FRANCE a annoncé début mai la suspension ses vols entre Paris et Téhéran du 28 octobre prochain au 30 mars 2019 en raison d’”une faible performance économique” après deux années d’exploitation, précisant toutefois que cette mesure n’est pas liée au contexte diplomatique.

Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below