May 7, 2018 / 10:37 AM / 3 months ago

LEAD 1-Allemagne-Recul inattendu des commandes à l'industrie en mars

(Actualisé avec enquête Sentix, citations d’analystes, contexte et prévisions)

* La faiblesse de la demande extérieure pèse sur les commandes

* Les analystes prévoyaient une hausse des commandes

* Baisse de la demande de biens d’équipement

* Les droits de douane américains créent une incertitude

par Michael Nienaber

BERLIN, 7 mai (Reuters) - Les commandes à l’industrie en Allemagne ont enregistré en mars une diminution inattendue pour le troisième mois consécutif en raison de la faiblesse de la demande extérieure, ce qui donne à penser que les usines de la première économie d’Europe commencent à subir l’impact de la montée du protectionnisme.

Selon les données publiées lundi par l’Office fédéral des statistiques, ces commandes ont diminué sur un mois de 0,9% après une baisse de 0,2% en février (chiffre révisé). Les économistes tablaient en moyenne sur une progression de 0,5% en mars.

“Une baisse de 0,9% constitue un revers qui fait vraiment mal”, a déclaré Thomas Gitzel, analyste chez VP Bank Group.

“L’économie ralentit, c’est ce qui ressort clairement des données d’aujourd’hui sur les commandes industrielles”, a-t-il ajouté, estimant que certaines prévisions de croissance devraient bientôt être révisées à la baisse.

Le mois dernier, le gouvernement a abaissé sa prévision de croissance pour cette année à 2,3% contre 2,4% auparavant et a exprimé ses inquiétudes au sujet des tensions commerciales internationales.

“Le débat sur les droits de douane a sans doute créé une grande incertitude dans l’industrie européenne tournée vers les exportations”, note Thomas Gitzel.

Premier exportateur européen vers les Etats-Unis, l’Allemagne cherche à éviter à tout prix une guerre commerciale entre l’UE et les USA.

Le président américain Donald Trump a décidé le 1er mai de prolonger d’un mois les exemptions accordées à l’Union européenne, le Canada et le Mexique pour les droits de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium.

Dans la perspective de cette échéance, l’Allemagne exhorte ses partenaires européens à faire preuve de souplesse et à rechercher un vaste accord qui bénéficie aux deux parties.

Signe de la préoccupation des investisseurs sur le sujet, leur moral s’est détérioré en mai pour le quatrième mois consécutif, retombant à son plus bas niveau depuis février 2017 en raison notamment des craintes liées aux mesures protectionnistes, montre lundi l’enquête Sentix.

FIN DE LA CROISSANCE XXL ?

Les commandes à l’industrie ont principalement souffert du recul des commandes en provenance de l’étranger qui ont reflué de 2,6%. En comparaison, la demande intérieure a augmenté de 1,5%, selon les données.

La répartition par secteur montre que la demande de biens d’équipement, comme les machines et les voitures, est celle qui a le plus baissé. Contre la tendance, les commandes de biens de consommation ont, elles, augmenté.

Le ministère de l’Economie a indiqué que le secteur avait perdu de sa vigueur au premier trimestre après une performance exceptionnellement solide au cours des six derniers mois.

Au premier trimestre 2018, les prises de commandes ont baissé de 2,1% par rapport au trimestre précédent, a-t-il précisé.

“Les commandes des pays extérieurs à la zone euro ont diminué de manière sensible”, a ajouté le ministère.

Malgré la baisse générale sur les trois premiers mois de l’année, le ministère a indiqué que les entreprises avaient encore un énorme stock de commandes en souffrance.

Ces chiffres inférieurs aux attentes s’inscrivent dans une tendance qui tend à établir un ralentissement de l’économie de la zone euro, au risque de constituer un dilemme pour la Banque centrale européenne si elle devait commencer à réduire son soutien à l’économie.

“Dans l’ensemble, les données confirment une fois de plus que le pic de croissance a été atteint”, a déclaré Alexander Krüger, économiste chez Bankhaus Lampe.

La reprise de l’économie allemande se poursuivra, mais moins vigoureusement, a-t-il ajouté, prédisant des taux de croissance trimestriels de “taille standard plutôt que XXL”.

Les données préliminaires sur le produit intérieur brut (PIB) pour le premier trimestre sont attendues la semaine prochaine. Les analystes anticipent une croissance de 0,5% sur le trimestre après 0,6% sur les trois derniers mois de 2017. (Claude Chendjou pour le service français, édité par Nicolas Delame)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below