May 4, 2018 / 2:06 PM / 5 months ago

LEAD 1-USA-Leger rebond des créations d'emploi, taux de chômage à 3,9%

* 164.000 créations d’emploi en avril

* Taux de chômage au plus bas depuis décembre 2000

* Le rythme de hausse des salaires ralentit

* Salaire horaire moyen en hausse de 2,6% sur un an (Actualisé avec précisions, commentaire d’analyste)

par Lucia Mutikani

WASHINGTON, 4 mai (Reuters) - Les créations d’emplois aux Etats-Unis ont progressé moins que prévu en avril mais le taux de chômage est tombé à un plus bas de 17 ans et demi à 3,9% avec le retrait d’un certain nombre de chômeurs du marché du travail.

Le rapport mensuel sur l’emploi publié vendredi par le département du Travail montre aussi que les salaires ont à peine progressé le mois dernier, ce qui devrait calmer les craintes d’une montée des pressions inflationnistes et maintenir la Réserve fédérale sur sa trajectoire de resserrement graduel de sa politique monétaire.

L’économie américaine a créé le mois dernier 164.000 emplois non-agricoles. La statistique de mars a été révisée en hausse de 32.000 à 135.000, ce qui demeure toutefois le plus faible nombre de créations mensuelles d’emplois en six mois et fait suite au chiffre exceptionnel de 324.000 du mois de février.

La croissance de l’emploi devient mécaniquement plus difficile dès lors que le marché du travail est proche du plein-emploi.

Le recul de 0,2 point de pourcentage du taux de chômage par rapport à son niveau de 4,1% en mars le ramène à un plus bas depuis décembre 2000 et il n’est désormais qu’à peine supérieur à la prévision de 3,8% en fin d’année faite par la Fed.

Cette première baisse du taux de chômage en six mois reflète en partie une diminution de la population active de 236.000 personnes.

Le taux de participation, qui rapporte le nombre de personnes en emploi ou à la recherche d’un emploi à la population active totale, a légèrement reculé, à 62,8% contre 62,9% en mars.

Les économistes interrogés par Reuters s’attendaient en moyenne à 192.000 créations d’emplois en avril et à un taux de chômage à 4,0%.

LA CROISSANCE DES SALAIRES RALENTIT

La croissance des salaires a ralenti en avril, avec un salaire horaire moyen en hausse de quatre cents, soit 0,1% sur un mois, après un gain de 0,2% le mois précédent. Cette progression porte à 2,2% la croissance du salaire horaire moyen sur un an.

“Je ne pense pas que ce rapport en particulier va changer la trajectoire de la Fed ou la tendance récente. Il y des signes d’une solidité persistante du marché de travail. Les membres de la Fed vont continuer à se demander collectivement pourquoi les salaires ne progressent et ils continuent de penser que cela doit intervenir, nous sommes toujours dans cette dynamique”, a commenté Michael Arone, stratégiste chez State Street Global Advisors.

Après un bref recul dans la foulée de la publication de la statistique, le dollar est reparti à la hausse, progressant de 0,42% face à un panier de devises de référence vers 13h30 GMT. Le rendement des emprunts d’Etat à 10 ans a lui aussi rebondi, après un bref repli, pour revenir à 2,9291%.

Wall Street a ouvert en baisse de l’ordre de 0,4%.

D’autres mesures de la croissance des salaires comme l’indice du coût de l’emploi (Employment Cost Index, ECI) considéré par de nombreux économistes comme une meilleure mesure des tensions sur les capacités sur le marché du travail, a enregistré une nette progression au premier trimestre. Il montre que les salaires ont progressé à leur rythme le plus soutenu en 11 ans sur les trois premiers mois de l’année.

La modération des augmentations salariales n’a par ailleurs pas empêché l’inflation de se rapprocher de l’objectif de la Fed. L’indice PCE, la mesure d’inflation privilégiée par la banque centrale, est ressorti en hausse de 1,9% sur un an en mars, après une progression de 1,6% le mois précédent.

La Fed a laissé ses taux inchangés mercredi à l’issue d’une réunion de politique monétaire de deux jours, tout en prévoyant que sur une base de 12 mois l’inflation devrait évoluer “près de l’objectif symétrique de 2% du comité sur le moyen terme”.

Les économistes ont interprété cet objectif d’inflation “symétrique” inséré dans le communiqué de politique monétaire comme le signal que les responsables de la Fed ne seraient pas particulièrement inquiets de voir la hausse des prix dépasser l’objectif.

La Fed, qui a relevé ses taux en mars, prévoit au moins deux autres hausses cette année.

Les effectifs du secteur de la construction sont repartis à la hausse en avril, avec 17.000 créations de postes, après avoir enregistré leur premier recul en huit mois en mars.

Le secteur manufacturier a créé 24.000 emplois le mois dernier après 22.000 le mois précédent.

La distribution a pour sa part gagné 1.800 postes tandis que l’hôtellerie et les loisirs en ont ajouté 18.000. (Lucia Mutikani, Marc Joanny avec Patrick Vignal pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below