May 3, 2018 / 1:24 PM / 3 months ago

France-La grève des cheminots engage l'avenir du fret-Borne

PARIS, 3 mai (Reuters) - La grève des cheminots fait courir des risques au fret ferroviaire et compromet l’activité de plusieurs secteurs de l’industrie, prévient jeudi la ministre des Transports Elisabeth Borne, alors que le mouvement par intermittence est entré dans sa septième séquence.

La ministre a réuni jeudi les entreprises ferroviaires et autres acteurs du secteur pour préparer un plan de relance du fret ferroviaire, dont la part modale dans les transports a été divisée par deux depuis 1990.

Le mouvement de grève “fait courir le risque de voir de nombreux acteurs se détourner durablement de ce mode de transport”, estime Elisabeth Borne dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, convoquée à l’approche de la présentation de ce plan de relance par le gouvernement, mi-mai.

Il prévoit notamment des mesures pour les infrastructures, une remise à plat du prix des péages fret, un renforcement du transport combiné rail-route et l’intégration d’innovations technologiques. La SNCF et le gouvernement ont annoncé en outre mi-avril étudier la filialisation de la branche fret, annonce qui avait suscité l’irritation des syndicats de cheminots.

“La situation est particulièrement préoccupante dans certains secteurs dont l’activité économique est fortement impactée, comme la sidérurgie, l’agroalimentaire, ou les matériaux. Le trafic est fortement diminué les jours de grève et les trains annulés ne peuvent pas être reportés sur les jours sans grève”, précise-t-elle.

Des mesures ont été prévues pour limiter l’impact du mouvement social sur le transport de marchandises, notamment par la mise en place d’un “guichet unique” répondant aux demandes des industriels et transporteurs aux acheminements perturbés.

Face aux blocages du réseau ferré, le ministère des Transports entend en outre favoriser l’alternative routière, comme l’ont demandé par exemples les producteurs de blé obligés de garder le grain dans leurs silos.

Une dérogation levant l’interdiction de circulation des poids lourds pour la journée du 8 mai a ainsi été adoptée, tandis que pour le jeudi 10 mai, le ministère a demandé l’examen des situations locales par les préfets, pour décider d’éventuelles facilités pour le trafic de poids lourds.

Un préavis a été déposé pour une huitième séquence de grève à la SNCF du 7 mai au soir jusqu’au 10 mai au matin.

“Si la priorité reste le maintien d’un niveau de service le plus élevé possible du fret ferroviaire, les entreprises qui recourent au transport routier en substitution peuvent se rapprocher des préfets pour solliciter, si nécessaire, des dérogations individuelles ou locales, en complément des dérogations nationales”, note Elisabeth Borne. (Julie Carriat, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below