May 3, 2018 / 10:19 AM / 19 days ago

LEAD 1-Zone euro-L'inflation baisse, nouvelle épine dans le pied de la BCE

(Actualisé avec précisions, contexte)

par Philip Blenkinsop et Balazs Koranyi

BRUXELLES, 3 mai (Reuters) - L’inflation dans la zone euro a baissé de manière inattendue en avril, à 1,2%, un recul qui s’ajoute à une série d’indicateurs macroéconomiques décevants alimentant les doutes sur la capacité de la Banque centrale européenne (BCE) à commencer de normaliser sa politique monétaire dès cette année.

Les économistes interrogés par Reuters pensaient que l’inflation resterait stable par rapport à mars, à 1,3%.

Les signes se multiplient pour donner à penser que la croissance économique dans la zone euro a atteint un pic après cinq ans d’expansion et qu’elle risque même de ralentir à un rythme inférieur aux prévisions du début d’année, même si la Commission européenne a confirmé les siennes ce jeudi.

Les récentes statistiques sur le produit intérieur brut , la production, les exportations ou encore le moral des acteurs économiques vont toutes dans ce même sens.

Ce ralentissement était attendu mais il survient à un moment délicat pour la BCE: ses responsables débattent actuellement d’un arrêt des rachats d’actifs d’ici la fin de l’année en se fondant sur l’hypothèse que la croissance économique finira par conduire à une hausse de l’inflation, inférieure depuis des années à l’objectif de l’institut de Francfort d’une hausse des prix proche de 2%.

L’inflation s’est même éloignée de cet objectif en avril et aussi de la prévision de la BCE d’une inflation d’”environ” 1,5% sur le restant de l’année.

Les prix des services, en particulier, ont progressé de seulement 1,0% en avril contre 1,5% le mois précédent.

Peut-être plus inquiétant encore pour la Banque centrale européenne, toutes les mesures de l’inflation sous-jacente ont elles aussi été inférieures aux attentes le mois dernier, signe que les pressions à la hausse sur les prix restent faibles malgré une croissance robuste de l’emploi et des accords de revalorisations salariales en Allemagne, première économie de la zone.

En excluant les éléments volatils que sont les produits alimentaires non transformés et l’énergie, soit l’indicateur d’inflation privilégié par la BCE, la hausse des prix n’a été que de 1,1% le mois dernier contre 1,3% en mars et une prévision des économistes de 1,2%.

En retirant en outre l’alcool et le tabac, l’inflation a ralenti à 0,7% après 1,0% en mars et 0,9% attendu par les économistes.

L’euro a réduit ses gains face au dollar après la publication de ce rapport sur l’inflation même s’il progresse encore de 0,29% à 1,1985 à 12h17.

Le rendement des emprunts d’Etat allemand à 10 ans s’est quant à lui retourné à la baisse, pour retomber à 0,559%, contre 0,584% avant la parution de la statistique d’inflation. (Bertrand Boucey pour le service français, avec Blandine Hénault)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below