May 2, 2018 / 1:12 PM / 8 months ago

La Commission européenne propose un budget post-Brexit "ambitieux"

* La CE propose un budget pluriannuel en hausse

* Le départ du Royaume-Uni devra être compensé

* Les subventions agricoles revues à la baisse

* Hausses des dépenses pour la défense et la sécurité

* Le non-respect de l’état de droit serait sanctionné

par Jan Strupczewski et Alastair Macdonald

BRUXELLES, 2 mai (Reuters) - La Commission européenne a présenté mercredi ses propositions pour le premier budget pluriannuel de l’Union après le Brexit, qu’elle souhaite “moderne” et “ambitieux” malgré le trou laissé par la prochaine sortie du Royaume-Uni.

Le projet de budget 2021-2027, qui va faire l’objet d’âpres tractations entre Etats membres, prévoit de réduire le poste de dépenses le plus élevé, celui des subventions agricoles, tout en augmentant les dépenses consacrées à la défense, la sécurité des frontières, la recherche ou la technologie numérique.

L’intégration des migrants ou encore la compensation des pertes d’emplois provoquées par les accords de libre-échange figurent aussi au nombre des priorités fixées par la CE.

Le texte prévoit aussi la mise en place d’un mécanisme inédit qui lierait l’attribution de fonds européens au respect de l’état de droit et de l’indépendance du système judiciaire, un moyen de sanctionner les pays qui s’écartent des “valeurs fondatrices” de l’Europe, comme la Pologne ou la Hongrie.

“Il s’agit d’un moment important pour notre Union”, a assuré le président de la CE, Jean-Claude Juncker. “Le nouveau budget est une occasion de façonner notre avenir en tant qu’Union nouvelle, ambitieuse, à 27 Etats membres liés entre eux par la solidarité.”

Malgré le départ du Royaume-Uni, qui va créer à partir de 2020 un manque à gagner estimé à 10 milliards d’euros par an, la CE souhaite l’adoption d’un budget ambitieux de 1.135 milliards d’euros (au prix de 2018), soit environ 1,1% du revenu national brut (RNB) combiné des 27 Etats membres.

Ce budget se veut être celui d’une “Europe qui protège”, a souligné la CE, en écho au plaidoyer du président français Emmanuel Macron qui cherche à relancer la construction européenne avec la chancelière allemande Angela Merkel.

“VALEUR AJOUTÉE DE L’UE”

Selon le commissaire européen chargé du budget, Günther Oettinger, le budget 2021-2027 sera ainsi supérieur à celui de la période en cours (2014-2020), à la fois en termes réels et en part du PIB du bloc (1,11% contre 1,03%).

Pour atteindre un tel objectif, le ministère allemand des Finances a d’ores et déjà estimé que la contribution de Berlin au budget de l’UE devrait augmenter de 10 milliards d’euros par an pendant les sept années concernées.

Günther Oettinger a appelé les Etats membres à s’entendre sur la version définitive d’un budget “qui porte véritablement sur la valeur ajoutée de l’UE” d’ici environ un an, un délai nettement inférieur à celui qui leur avait été nécessaire pour négocier le budget actuel.

“Nous investissons davantage encore dans les domaines dans lesquels un État membre ne peut agir seul ou dans lesquels il est plus efficace d’agir ensemble - qu’il s’agisse de la recherche, des migrations, du contrôle des frontières ou de la défense”, a plaidé le commissaire européen.

“Nous continuons en même temps à financer les politiques traditionnelles - mais modernisées -, telles que la politique agricole commune et la politique de cohésion, car nous bénéficions tous de la qualité élevée de nos produits agricoles et des régions qui rattrapent leur retard économique”, a-t-il poursuivi.

Günther Oettinger a cependant reconnu que les propositions de la CE se heurteraient à de nombreuses résistances.

“Il va y avoir des baisses de dépenses, dont beaucoup de pays vont se plaindre, et de nouvelles dépenses, contre lesquelles d’autres vont protester”, a-t-il résumé.

Si la France et l’Allemagne, les plus grandes contributrices au budget européen, se disent disposées à payer davantage à condition que les objectifs budgétaires leur conviennent, d’autres pays riches, comme les Pays-Bas et la Suède, ont déjà prévenu qu’ils ne voulaient pas augmenter leur contribution pour compenser le départ des Britanniques.

BRAS-DE-FER AVEC LA POLOGNE

A l’autre bout de l’échelle, certains pays moins développés comme la Pologne, première bénéficiaire des fonds de cohésion, sont hostiles par principe à toute baisse des dépenses. Paris pourrait aussi trouver à redire à la réduction des subventions agricoles.

La Pologne a par ailleurs toutes les raisons de s’opposer au nouveau mécanisme liant le versement des fonds européens au respect de l’état de droit, mesure qui la vise particulièrement puisqu’elle échappe de facto, en l’état actuel des choses, à toute sanction européenne malgré l’adoption de lois jugées contraires aux valeurs de l’UE et les procédures intentées contre elle par Bruxelles.

Varsovie devrait pouvoir compter sur le soutien d’autres pays d’Europe centrale et orientale potentiellement concernés, comme la Hongrie ou la Roumanie.

Pour tenter de rassurer ces pays qui sont aussi hostiles à la politique d’accueil et de répartition des migrants, la CE a insisté sur le fait qu’un véritable effort budgétaire, chiffré à 27,5 milliards d’euros, était pour la première fois consacré aux politiques de sécurité et de défense.

En demi-réponse à Emmanuel Macron qui souhaitait l’adoption d’un budget spécifique de la zone euro, projet qui ne fait guère recette à Berlin, la CE a par ailleurs proposé qu’une tranche de 55 milliards d’euros du budget général soit affectée aux projets d’investissements et aux réformes structurelles dans les pays qui utilisent ou souhaitent rejoindre la monnaie unique.

Avec Robin Emmot à Bruxelles et Gernot Heller à Berlin Tangi Salaün pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below