May 2, 2018 / 9:07 AM / 4 months ago

BOURSE-Spie recule, Jefferies juge la prévision de marge optimiste

PARIS, 2 mai (Reuters) - Spie recule mercredi à la Bourse de Paris dans le sillage d’une note de Jefferies, qui juge optimiste la prévision de marge du groupe pour 2018 et pointe également un endettement élevé et les effets mitigés de sa politique d’acquisitions.

L’action du groupe de services dans les domaines de l’énergie et des communications perd 1,01% à 18,54 euros à 11h, l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, qui progresse alors de 0,35%. Le titre, qui a perdu jusqu’à 3,7% en séance, accuse un repli de près de 16% depuis le début de l’année.

Spie a fait état vendredi d’une marge d’Ebita à 3,7% au premier trimestre, contre 3,6% un an auparavant en données proforma et 4,9% en retraité, et a confirmé sa prévision d’une légère hausse de cette même marge d’Ebita sur l’ensemble de l’exercice.

“Nous pensons que la valorisation actuelle de Spie ne prend pas correctement en compte la pression sur la marge qui pèse sur les deux tiers de l’Ebita, une dette élevée et une création de valeur mitigée résultant des fusions et acquisitions”, écrit Jefferies, qui entame son suivi sur la valeur avec un conseil à “sous-performer” et un objectif de cours à 14,30 euros.

L’intermédiaire qualifie d’optimiste la prévision de marge de Spie pour 2018 et dit se placer respectivement 3% et 5% sous le consensus pour le bénéfice par action attendu cette année et en 2019.

L’action Spie avait chuté de plus de 6% le 9 mars dernier après la publication de ses résultats annuels et l’annonce d’une prévision de marge inférieure aux attentes pour 2018.

Spie avait fait état à cette occasion d’une hausse de 24% de sa production en 2017, à 6,126 milliards d’euros, dopée par ses multiples acquisitions dont celle de SAG, et d’une baisse de sa marge d’Ebita à 6,3%.

“Nous pensons que Spie a utilisé les opérations d’acquisition pour compenser partiellement une détérioration de ses marges sous-jacentes en 2017”, estiment les analystes de Jefferies.

Pour 2018, ils s’inquiètent notamment des difficultés de Spie sur le marché britannique avec des marges significativement moindres que celles de ses concurrents. Les analystes évoquent également de possibles difficultés résultant de modifications réglementaires en Allemagne et des pressions persistantes sur les marges en France.

L’intermédiaire juge par ailleurs que la division pétrole et gaz de Spie, centrée sur le pétrole offshore sur les marchés émergents, aurait besoin pour rebondir d’une nette augmentation des cours du pétrole.

Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below