April 30, 2018 / 1:19 PM / 7 months ago

LEAD 1-Italie-Le M5S veut de nouvelles élections en juin

(Précisions, contexte)

par Crispian Balmer

ROME, 30 avril (Reuters) - L’organisation de nouvelles élections législatives dès le mois de juin est la seule solution pour sortir de l’impasse politique en Italie, a déclaré lundi le dirigeant du Mouvement 5 Etoiles (M5S), Luigi Di Maio.

Il a demandé au numéro un de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, d’appuyer cette demande.

Les élections du 4 mars n’ont permis de dégager aucune majorité au Parlement.

“J’avais proposé un contrat aux autres forces politiques, je savais que ce ne serait pas facile mais je n’imaginais pas que c’était tout simplement impossible”, a affirmé sur Facebook Di Maio, dont le parti est le premier du pays.

“C’est une honte de voir que tous les partis ne pensent qu’à leurs petites affaires, à leurs propres intérêts”, a-t-il ajouté. “Au point où nous en sommes, il n’y a pas d’autre solution que de retourner voter le plus vite possible.”

Le président de la République, Sergio Mattarella, a déjà fait savoir qu’il n’était pas favorable à de nouvelles élections. En outre, il semble techniquement difficile de pouvoir organiser un nouveau scrutin dès juin, ce délai étant très court.

Si un consensus se dégage en faveur de nouvelles élections, il est probable que celles-ci se dérouleront plutôt en automne.

D’ici là, le président Mattarella devrait défendre l’idée d’un gouvernement de techniciens qui pourrait travailler à la réforme électorale. Le M5S et la Ligue se sont dits opposés à cette idée.

Luigi Di Maio était favorable à une coalition avec la Ligue, à condition que celle-ci coupe les ponts avec Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, mais Matteo Salvini a refusé de rompre avec la formation du “Cavaliere”.

La Ligue a facilement remporté dimanche les élections régionales en Frioul-Vénétie julienne.

La semaine dernière, des contacts ont eu lieu entre le M5S et le Parti démocrate (PD, centre gauche) en vue de l’éventuelle formation d’un gouvernement de coalition.

Ces discussions ont échoué, notamment en raison de l’opposition de l’ancien numéro un du PD, l’ex-président du Conseil Matteo Renzi. “Le Parti démocrate a perdu, j’ai démissionné, sept Italiens sur dix ont voté pour Salvini ou pour Di Maio. C’est à eux de gouverner”, a déclaré Renzi à la RAI. “On ne peut pas revenir par la fenêtre alors que le peuple italien nous a montré la porte...”

A l’issue des élections de mars, le M5S dispose de 221 des 630 sièges de la Chambre des députés et la coalition de droite formée par la Ligue, Forza Italia et Frères d’Italie compte 260 élus. Le Parti démocrate a connu une nouvelle déconvenue lors de ce scrutin et ne compte que 110 députés. (Avec Gavin Jones; Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below