April 30, 2018 / 9:24 AM / 6 months ago

BOURSE-Imerys chute, la hausse des coûts met la marge sous pression au T1

PARIS, 30 avril (Reuters) - Imerys accuse la plus forte baisse du SBF 120 ainsi que de l’indice paneuropéen Stoxx 600 lundi dans la matinée, après la publication de résultats trimestriels marqués par une baisse de la marge opérationnelle.

A 11h24, l’action du leader des spécialités minérales pour l’industrie perd 4,98% à 76,35 euros, sa plus forte baisse en séance depuis juillet dernier. Le SBF 120 gagne dans le même temps 0,15% et le Stoxx 600 avance de 0,07%.

Le groupe a fait état vendredi soir d’un chiffre d’affaires en hausse de 8,5%, à 1,2 milliard d’euros au premier trimestre, largement soutenu par les acquisitions qui ont compensé un effet de change défavorable.

Le résultat opérationnel courant est ressorti en hausse de 4,8% à 154,2 millions d’euros mais la marge opérationnelle a baissé à 12,8% contre 13,2% un an auparavant.

Le groupe a pu compenser l’augmentation des coûts variables avec des hausses de prix mais celles-ci n’ont pas été suffisantes pour absorber la progression des coûts fixes et des frais généraux.

“Les coûts fixes ont crû deux fois plus vite que le rythme trimestriel de 2017, qui était déjà en accélération”, relèvent les analystes de Kepler Cheuvreux dans une note.

“La direction a insisté sur le fait que ces coûts fixes supplémentaires sont positifs car liés à une hausse des capacités de production. De notre point de vue, cela ne devrait pas conduire à les exclure du calcul. Le résultat est que la marge recule de 40 points de base”, ajoutent-ils.

Ce recul de la marge est aussi pointé du doigt par les analystes d’Oddo BHF qui visaient pour leur part une hausse de 30 points de base de la marge opérationnelle au premier trimestre.

Ils notent également que la croissance des volumes, ressortie à 1,2% au premier trimestre après une hausse de 2,2% en 2017, “peut sembler un peu décevante” mais le groupe a expliqué cela par des effets météorologiques défavorables.

Imerys a indiqué vendredi que l’année 2018 devrait être une nouvelle année de progression du résultat opérationnel. “Ce relativement faible début d’année soutient notre recommandation à ‘alléger’”, indiquent malgré tout les analystes de Kepler Cheuvreux.

“Le récent historique de la croissance des volumes ne nous convainc pas d’une amélioration significative du profil de croissance à comparer au passé qui justifierait des multiples plus élevés que celui historique de 7,5”, expliquent-ils.

Les analystes d’Oddo ont pour leur part abaissé leur objectif de cours à 84 euros contre 86 euros et maintenu leur conseil à “neutre”.

“Certes, des annonces sur l’évolution de l’activité toitures en France – pour laquelle le groupe a annoncé mi-avril qu’il revoyait actuellement ses options stratégiques – pourraient constituer un catalyseur mais nous ne pensons pas qu’elles interviendront avant le second semestre”, indiquent les analystes. (Blandine Hénault, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below