April 30, 2018 / 5:54 AM / 7 months ago

LEAD 1-Chine-Un PMI solide n'efface pas les préoccupations

PEKIN, 30 avril (Reuters) - La croissance du secteur manufacturier chinois n’a que légèrement ralenti en avril, attestant de la résistance de la deuxième économie mondiale, mais le tassement des commandes à l’exportation est plus préoccupant dans un contexte de guerre commerciale larvée entre Pékin et Washington.

“Un ralentissement de la croissance est prévisible dans les mois qui viennent, une médiocre croissance du crédit et le refroidissement du marché immobilier allant en s’intensifiant”, dit Chang Liu, économiste de Capital Economics.

L’indice PMI officiel des directeurs d’achats a très légèrement fléchi à 51,4 en avril contre 51,5 en mars, a annoncé lundi le Bureau national de la statistique.

Cela fait 21 mois d’affilée que l’industrie chinoise est en phase de croissance. Les analystes interrogés par Reuters attendaient un indice PMI de 51,3.

Le sous-indice des commandes à l’exportation a reculé à 50,7 contre 51,3 et celui des commandes nouvelles dans leur ensemble a également baissé, alors que celui de la production est resté stable.

Certains craignent que le secteur high tech, qui a bien contribué à la solide croissance de l’exportation en 2017, ne pâtisse du différend commercial entre la Chine et les Etats-Unis. Le sous-indice high tech a toutefois poursuivi sa progression, à 53,8 ce mois-ci contre 53,2 en mars.

Les économistes prévoient 6,5% de croissance en Chine cette année, ce qui est conforme aux projections du gouvernement, après les 6,9% supérieurs aux prévisions de 2017.

Pour le secteur des services, l’indice officiel PMI a progressé à 54,8 contre 54,6 en mars. Le secteur tertiaire représente plus de la moitié de l’économie chinoise.

L’indice PMI composite, qui regroupe industrie et services, a lui aussi avancé, à 54,1 en avril contre 54 en mars.

L’activité du secteur du bâtiment, qui avait lui aussi été un importeur vecteur de croissance l’an dernier, a été pratiquement stable, son fléchissement en avril n’étant que très modeste.

Dopé par la politique de grands travaux de Pékin, un marché immobilier résistant et une vigueur inattendue de l’exportation, les industriels chinois ont aidé la Chine à afficher une croissance robuste en 2017 mais quelques soucis se manifestent cette année.

La demande industrielle est moins marquante, la croissance de l’investissement ralentit et le marché immobilier n’est plus aussi sémillant, tandis que les prix à la production ont faibli ces derniers mois.

Le bruit court que Pékin envisage d’assouplir la politique monétaire face aux risques que le contentieux avec Washington fait courir à la fois à l’”économie ancienne”, synonyme d’industrie lourde, et à l’”économie nouvelle”, orientée high tech.

Pour les analystes de Nomura, il n’y a pas lieu de devancer l’appel. “Un solide PMI nous porte à croire qu’il n’est pas urgent d’adopter une politique budgétaire ou une politique monétaire plus expansionnistes et qu’il faut toujours se concentrer sur un désendettement progressif et ordonné pour réduire le risque financier”, écrivent-ils.

Yifan Qiu et Matthew Miller Wilfrid Exbrayat pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below