April 29, 2018 / 5:28 PM / 8 months ago

LEAD 2-T-Mobile US rachète Sprint par échange d'actions pour $26 mds

(Actualisé avec détails, citations, pas de commentaire de la FCC)

par Greg Roumeliotis

NEW YORK, 29 avril (Reuters) - T-Mobile US a racheté dimanche son concurrent Sprint pour 26 milliards de dollars (21,4 milliards d’euros), dans le cadre d’une opération toute en actions, qui rapproche les troisième et quatrième opérateurs de téléphone mobile aux Etats-Unis.

Cette fusion, qui met fin à quatre années de négociations intermittentes entre la filiale de Deutsche Telekom et celle du groupe japonais SoftBank, devrait être soumise à un examen rigoureux de la part des autorités de la concurrence pour évaluer son impact sur les consommateurs.

T-Mobile et Sprint ont dit s’attendre à boucler leur opération au plus tard au premier semestre 2019. T-Mobile ne devra pas payer d’indemnité de rupture en cas de blocage du projet par les autorités de la concurrence, rapporte une source.

Les deux sociétés ont rodé par avance leurs arguments à l’adresse des régulateurs américains en vantant les avantages de l’opération.

“Il ne s’agit pas de passer de quatre à trois opérateurs mobiles - il existe actuellement au moins sept ou huit concurrents sur ce marché”, a déclaré dans un communiqué John Legere, l’actuel directeur général de T-Mobile US, qui devrait prendre la tête de la nouvelle entité. Les autres sociétés seront incitées en outre à accélérer leurs investissements à la suite de cette consolidation, ont souligné les deux sociétés.

Une porte-parole d’Ajit Pai, président de la FCC, l’autorité fédérale des communications aux Etats-Unis chargée de donner ou non son feu vert, a refusé de commenter ce projet de fusion.

127 MILLIONS D’ABONNÉS

L’opération devrait déboucher sur la création d’un opérateur disposant d’une clientèle de 127 millions d’abonnés, nettement plus fort face aux deux grands leaders du secteur aux Etats-Unis que sont Verizon Communications et AT&T.

Les négociations ont abouti après que les maisons mères des deux opérateurs mobiles ont convenu d’une structure qui permette au groupe allemand de continuer à consolider dans ses comptes la nouvelle société, dont la capitalisation boursière s’élèvera à plus de 80 milliards de dollars.

Deutsche Telekom détiendra 42% de la nouvelle entité et contrôlera son conseil d’administration avec neuf administrateurs sur 14, tandis que SoftBank aura 27% du capital.

La valorisation implicite de Sprint ressort à 6,62 dollar par action sur la base du cours de clôture de T-Mobile vendredi.

L’échange de titres se fait sur la base d’un ratio de 0,10256 action T-Mobile pour chaque action Sprint, ou de l’équivalent de 9,75 actions Sprint par action T-Mobile US.

Le premier cycle de négociations entre Sprint et T-Mobile avait échoué en 2014 après que l’administration Obama a exprimé des inquiétudes quant à l’impact de l’opération sur le marché.

L’administration Trump continue à s’inquiéter de l’évolution des prix. Le département de la Justice a ouvert une enquête pour entente présumée entre AT&T, Verizon, une organisation professionnelle et peut-être d’autres prestataires, ayant pour but d’empêcher le consommateur de changer facilement d’opérateur mobile, a rapporté une source ce mois-ci.

INVESTIR DANS LA 5G

Le deuxième cycle de négociations entre Sprint et T-Mobile avait pris fin en novembre dernier à la suite de désaccords sur la valorisation, bien que le président du directoire de Deutsche Telekom Tim Höttges ait laissé la porte entrouverte à l’époque en disant: “On se rencontre toujours deux fois dans la vie.”

Depuis lors, l’action Sprint a perdu environ un cinquième de sa valeur, affaiblie par sa dette à long terme de plus de 32 milliards de dollars. Selon les analystes, sans T-Mobile, Sprint n’a pas les moyens d’investir dans son réseau et de rester concurrentiel dans un marché de la téléphonie mobile saturé.

T-Mobile reste loin derrière les deux leaders mais a fait mieux que Sprint, ayant réussi à gagner durablement des parts de marché et à améliorer son réseau, selon l’agence Moody’s.

Il a été le premier opérateur américain à supprimer les contrats à deux ans, un mouvement qui a été rapidement adopté par les consommateurs et imité par ses concurrents.

Sprint et T-Mobile restent largement à la traîne par rapport à Verizon et AT&T dans l’adaptation à la nouvelle génération 5G. Même après leur fusion, le budget de la nouvelle société pour investir dans la 5G sera inférieur à celui de Verizon ou d’AT&T.

Les deux opérateurs mobiles espèrent toutefois que leur rapprochement leur donnera une plus grande puissance de feu pour participer aux enchères pour les fréquences 5G.

Deutsche Telekom a annoncé dimanche de son côté que son ratio d’endettement dépasserait temporairement son objectif de 2-2,5 fois son résultat brut d’exploitation (Ebitda) avec le rachat de Sprint, mais retrouverait sa zone de confort en 2021. (Greg Roumeliotis à New York, Juliette Rouillon pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below