April 28, 2018 / 4:04 PM / 5 months ago

RPT-RESUME DE L'ACTUALITE A 16H00 GMT (28/04)

(Répétition mastic dernier para) SEOUL - Le sommet qui a réuni vendredi le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in marque “une nouvelle étape” vers une prospérité commune et un tournant pour la péninsule coréenne, estime samedi l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Kim et Moon se sont engagés vendredi sur la voie de la réconciliation, promettant la “dénucléarisation complète” de la péninsule coréenne et l’établissement d’une paix “permanente” et “solide” entre leurs pays toujours techniquement en guerre depuis 65 ans.

“Durant les discussions, les deux camps ont échangé avec franchise leurs points de vue sur des préoccupations mutuelles, notamment l’amélioration des relations entre le Nord et le Sud, le maintien de la paix dans la péninsule coréenne et la dénucléarisation de la péninsule”, a déclaré l’agence de presse nord-coréenne, voix officielle du régime de Pyongyang.

Le sommet s’est conclu par un dîner “à l’atmosphère amicale imprégnée d’un sentiment d’appartenance au même sang”, a-t-elle ajouté. Si elle a mentionné les discussions portant sur la dénucléarisation, sans donner de précisions, la presse officielle nord-coréenne s’est surtout focalisée sur les thèmes de la paix, de la prospérité et de l’unité coréenne.

—-

DUBAI - Un Saoudien a été tué samedi par un tir de missile des rebelles chiites houthis dans le sud de l’Arabie saoudite. Les insurgés chiites, qui contrôlent le nord du Yémen, ont annoncé avoir tiré une salve de huit missiles en direction de la province saoudienne de Djizane, en visant des “cibles économiques et vitales”.

Les Houthis ont promis de venger la mort d’un de leurs hauts dirigeants, Saleh Al Samad, tué le 19 avril dans une frappe aérienne de la coalition sous commandement saoudien qui intervient au Yémen depuis 2015.

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi à Sanaa, la capitale yéménite contrôlée par les Houthis, pour assister aux funérailles du défunt chef du conseil politique Ansarullah, le gouvernement mis en place par les rebelles dans le nord du Yémen.

—-

GAZA - Un adolescent palestinien touché par des tirs de l’armée israélienne vendredi le long de la limite entre la bande de Gaza et Israël a succombé à ses blessures, annonce le ministère de la Santé palestinien. Cela porte à quatre le nombre de Palestiniens tués par les militaires israéliens au cours de cette nouvelle journée de manifestation pour le droit au retour, auxquels s’ajoutent quelque 600 blessés, selon le décompte des services médicaux de Gaza.

Au total, les troupes israéliennes ont tué 42 Palestiniens et en ont blessé plus de 5.000, dont 2.000 par balles, depuis que les habitants de la bande de Gaza ont entamé, le 30 mars, leur mouvement de protestation.

—-

BEYROUTH - L’armée syrienne et ses alliés menaient samedi une intense bataille contre des combattants du groupe Etat islamique dans une enclave au sud de Damas. Les forces soutenant le régime de Bachar al Assad ont beaucoup progressé, a rapporté la télévision officielle syrienne.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a précisé que les forces gouvernementales avaient pris le contrôle de plusieurs bâtiments dans cette enclave très densément peuplée.

L’enclave abrite certaines parties du district d’Al Kadam, celui d’Al Hadjar al Assouad et le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk.

—-

MOSCOU - Le chef de l’opposition arménienne Nikol Pachinian a appelé ses partisans à de nouvelles manifestations à partir de dimanche. L’Arménie, proche alliée de la Russie, est depuis deux semaines le théâtre d’une contestation antigouvernementale qui a conduit à la démission du Premier ministre.

Sa démission de Serge Sarkissian n’a pas endigué le mouvement de contestation contre cet ex-président devenu chef du gouvernement que les manifestants accusent de corruption.

Si Moscou a appelé à une résolution de la crise par la voie du dialogue, la situation reste bloquée, le chef du gouvernement par intérim, Karen Karapetian, ayant refusé la proposition de l’opposition d’organiser une négociation.

L’élection d’un nouveau chef du gouvernement par les députés doit avoir lieu le 1er mai tandis que des élections anticipées devraient être convoquées prochainement.

—-

NEW DELHI/WUHAN, Chine - L’Inde et la Chine ont décidé d’ouvrir un nouveau chapitre de coopération dans leurs relations tumultueuses, samedi au terme d’une visite de Narendra Modi en Chine. Le Premier ministre indien a passé ces dernières 24 heures à Wuhan, pour des entretiens informels avec le président chinois Xi Jinping.

Cette courte visite de rapprochement intervient quelques mois seulement après un incident frontalier dans l’Himalaya, qui a ravivé la crainte d’un conflit.

Narendra Modi et Xi Jinping ont estimé que leurs deux pays avaient la maturité et la sagesse requises pour traiter tous leurs différends de manière pacifique et par le dialogue, a dit le chef de la diplomatie indienne, Vijay Gokhale.

—-

PARIS - Le trafic ferroviaire renoue avec les perturbations en France ce week-end avec notamment un TGV sur deux en raison d’un sixième épisode de grève de l’intersyndicale contre la réforme de la SNCF. La grève doit durer jusqu’à lundi 08h00.

Selon la direction de la SNCF, le trafic s’améliore avec un taux de grévistes prévisionnel de 28%, en baisse par rapport aux épisodes précédents. Le taux de grévistes était de 48% au début du mouvement.

Dans le détail, la moitié des TGV circuleront, de même qu’un Intercités sur trois, trois Transilien sur cinq et deux TER sur cinq. Sur les lignes internationales, deux trains sur trois seront en service.

Franck Lacroix, directeur général TER, a annoncé de nouvelles mesures de dédommagement pour les usagers. Les abonnés d’avril des TER paieront leur abonnement moitié prix en juin, une mesure évaluée à “un peu plus de dix millions d’euros” pour l’entreprise publique.

—-

SOFIA - Le projet de taxation des géants du numérique présenté le mois dernier par la Commission européenne a été accueilli avec scepticisme, lors d’une réunion de l’Ecofin samedi à Sofia, au cours de laquelle les ministres de l’Economie européens se sont penchés première fois sur ce projet.

Bruxelles propose d’instaurer une taxe de 3% sur le chiffre d’affaires des groupes emblématiques du numérique, parmi lesquels figurent notamment les “Gafa” (Google, Apple, Facebook et Amazon), accusés de payer trop peu d’impôts sur leurs activités réalisés en Europe, en profitant des disparités d’un système fiscal inadapté.

Alors que les réformes touchant à la fiscalité dans l’UE doivent être approuvées à l’unanimité des Etats membres, les ministres de petits Etats comme le Luxembourg ou Malte se sont opposés au projet, réclamant une réorganisation complète de la taxation du numérique au niveau mondial.

Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a affirmé la “détermination totale” de la France à parvenir à un accord sur la question de la taxation des géants du numérique “avant la fin 2018 au niveau européen”.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below