April 27, 2018 / 2:52 PM / a month ago

LEAD 1-Conakry va coopérer à l'enquête sur les activités de Bolloré en Afrique

(Précisions, ancien ministre, contexte)

CONAKRY, 27 avril (Reuters) - Le ministre guinéen de la Justice, Cheick Sako, a déclaré vendredi que son pays allait coopérer avec les autorités françaises dans l’enquête sur les activités en Afrique du groupe Bolloré.

“Nous allons naturellement coopérer avec la justice française, mais c’est tout ce que je peux dire pour le moment”, a dit le ministre à Reuters par téléphone.

Vincent Bolloré a été mis en examen mercredi au terme de près de deux jours de garde à vue, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption pour l’obtention de concessions en Afrique.

Il a été mis en examen pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et complicité de faux mais n’a pas été placé sous contrôle judiciaire.

Le groupe Bolloré dément toute irrégularité.

La justice soupçonne des dirigeants de Bolloré d’avoir utilisé le groupe de communication Havas, alors filiale du groupe, pour faciliter l’accession au pouvoir de dirigeants africains et obtenir en contrepartie des concessions portuaires.

Les juges s’intéressent en particulier aux conditions de reprise par le groupe Bolloré de la concession du terminal conteneurs du port de Conakry, en Guinée, et de la gestion d’un terminal conteneurs du port de Lomé, au Togo.

L’entreprise française Getma International avait d’abord obtenu en 2008 le contrat du terminal de Conakry, battant ses concurrents parmi lesquels Bolloré.

Le président Alpha Condé est arrivé au pouvoir en 2010. L’accord avec Getma a été annulé en mars 2011. Le même mois, la concession était octroyée à Bolloré.

L’ancien ministre guinéen des Transports Alpha Ibrahima Keira a réaffirmé jeudi que les lois en vigueur avaient été respectées.

“Cela n’a absolument rien à voir avec (le rôle de conseil d’)Havas dans la campagne présidentielle de 2010. Le président (Alpha Condé) n’était pas impliqué dans le processus d’appel d’offre, qui a eu lieu avant son arrivée au pouvoir”, a-t-il dit.

“A aucun moment de la négociation ou du processus de marchandage le président (Condé) n’a été mêlé de près ou de loin” à cette affaire de concession, a ajouté Alpha Ibrahima Keira. (Saliou Samb; Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below