April 26, 2018 / 2:04 AM / 7 months ago

RESUME DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (26/04)

WASHINGTON - L’”analyse rationnelle” n’incite pas à penser que Donald Trump va rester dans le cadre de l’accord sur le programme nucléaire iranien, a déclaré aujourd’hui Emmanuel Macron, au dernier jour de sa visite d’Etat à Washington.

“Je n’ai aucune information d’initié pour savoir ce que le président américain va décider”, a dit le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse finale. “Mais il m’a semblé constamment entendre depuis la campagne du président Trump jusqu’à la déclaration faite hier qu’il n’avait pas une volonté farouche de le maintenir ou de le défendre”.

Donald Trump a donné aux signataires européens jusqu’au 12 mai pour “réparer les affreuses erreurs” de ce texte, faute de quoi il refusera de prolonger l’assouplissement des sanctions américaines contre la république islamique.

Emmanuel Macron, qui avait fait état hier d’une “avancée” sur l’Iran avec son homologue américain, évoquant la perspective d’un “nouvel accord plus large” permettant de préparer le terrain à une éventuelle sortie des Etats-Unis de l’accord, s’est défendu de toute “initiative isolée” face aux critiques et réserves émises par plusieurs pays.

A l’heure où Donald Trump pourrait prendre des décisions unilatérales sur l’Iran et le commerce, au grand dam de ses partenaires internationaux, Emmanuel Macron a également appelé les Etats-Unis à préserver le multilatéralisme.

Les guerres commerciales ne sont pas la réponse aux défis actuels, a-t-il souligné hier devant le Congrès américain, estimant que des solutions acceptables pouvaient être trouvées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce.

—-

EREVAN - Les forces de police arméniennes se sont déployées hier dans le centre d’Erevan pour surveiller une manifestation de l’opposition, alors que le Premier ministre par intérim a émis l’idée de nouvelles élections anticipées pour sortir de la crise politique qui secoue le pays depuis deux semaines.

Serge Sarkissian, nommé Premier ministre de l’ancienne république soviétique la semaine dernière après dix années passées à la présidence, a présenté sa démission lundi après onze jours de manifestations d’opposants qui l’accusaient d’avoir manipulé la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Le chef de l’opposition, Nikol Pachinian, se dit prêt à diriger le pays et promet de continuer à faire pression sur le parti au pouvoir afin d’obtenir un véritable changement.

—-

COPENHAGUE - L’inventeur danois Peter Madsen a été condamné hier à la prison à vie pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall à bord du Nautilus, un sous-marin de sa conception, en août 2017 dans le port de Copenhague.

Son avocat a annoncé qu’il allait faire appel.

Peter Madsen a été arrêté le 11 août dernier. Parlant d’un décès accidentel, il a reconnu avoir démembré Kim Wall à bord du Nautilus et jeté à la mer les parties de son corps, qui ont été retrouvées les semaines suivantes. Peter Madsen avait d’abord affirmé qu’il avait débarqué la journaliste vivante à Copenhague. Il était ensuite revenu sur cette version.

—-

PARIS - La France a demandé à l’automne 2014 aux Etats-Unis de ne pas bombarder la cimenterie de Lafarge dans le nord de la Syrie, alors occupée par des combattants de l’Etat islamique, qui est actuellement au coeur d’une information judiciaire pour financement du terrorisme et mise en danger délibéré d’autrui.

C’est ce qu’il ressort d’échanges de mails entre le responsable de la sécurité du groupe à l’époque, Jean-Claude Veillard, et des diplomates français. Le ministère des Affaires étrangères et Lafarge partageaient alors la conviction qu’il fallait préserver l’investissement à Jalabiya, dans la perspective de la reconstruction de la Syrie.

—-

PARIS - Emmanuel Macron doit clôturer aujourd’hui à 17h30 la conférence qui réunit depuis hier à Paris des ministres, responsables et experts de 72 pays et de 18 organisations internationales pour renforcer leur lutte contre le financement de l’Etat islamique et d’Al Qaïda.

Tous les Etats arabes sauf la Syrie et cinq continents sont représentés par quelque 80 ministres et plus de 450 experts, dont des magistrats et des membres des services de renseignement, flanqués de dirigeants de l’Onu, du FMI, de la Ligue arabe, de l’Union africaine et d’autres organisations.

—-

PARIS - L’homme d’affaires Vincent Bolloré a été mis en examen hier au terme de près de deux jours de garde à vue, avec deux autres dirigeants, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption pour l’obtention de concessions en Afrique.

Le PDG du groupe qui porte son nom a été mis en examen pour corruption d’agent public étranger, complicité d’abus de confiance et complicité de faux mais n’a pas été placé sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source judiciaire.

La justice soupçonne des dirigeants de Bolloré d’avoir utilisé le groupe Havas, alors filiale du groupe, pour faciliter l’arrivée au pouvoir de dirigeants africains afin d’obtenir en contrepartie des concessions portuaires.

—-

PARIS - Les syndicats de la SNCF exigent une véritable négociation sur l’avenir de l’entreprise ferroviaire avec le Premier ministre Edouard Philippe, mais le gouvernement a exclu de modifier la réforme déjà adoptée par l’Assemblée nationale.

Les représentants des cheminots en grève, qui ont obtenu une rencontre avec Edouard Philippe le 7 mai prochain après avoir refusé de se rendre aux concertations avec la ministre des Transports Elisabeth Borne, ont annoncé hier d’autres mobilisations pour “mettre la pression”.

“Nous n’imaginons pas que le Premier ministre nous convoque pour nous dire que rien ne changera et que les négociations sont closes”, a déclaré lors d’une conférence de presse Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots, aux côtés de ses homologues de la CFDT, de l’Unsa et de Sud.

PARIS - La reprise progressive de la dette de SNCF Réseau, que l’Etat compte mener à partir de 2020, sera financée par une baisse des dépenses publiques, a assuré hier Gérald Darmanin.

Cette précision intervient alors que le Premier ministre a souligné, dans un courrier adressé mardi aux syndicats de cheminots pour leur proposer de les rencontrer le 7 mai, que la reprise progressive de la dette de la SNCF “demandera(it) un effort supplémentaire des contribuables”.

La dette de SNCF réseau s’élève à 46 milliards d’euros.

—-

PARIS - L’ancien ministre Jean-Louis Borloo remet ce matin son rapport sur la situation des quartiers prioritaires de la politique de la ville au Premier ministre Edouard Philippe.

Jean-Louis Borloo, qui s’était retiré de la vie politique en 2014, a été chargé fin 2017 par Emmanuel Macron d’élaborer un plan de “mobilisation nationale” pour ces quartiers.

Le secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a assuré le 3 avril que le gouvernement ferait tout pour redonner espoir aux jeunes des banlieues, dans un contexte d’exaspération grandissante des élus locaux.

—-

PARIS - Le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité a baissé de 1,0% au premier trimestre en France métropolitaine, selon les chiffres publiés hier par le ministère du Travail et Pôle emploi.

Il s’agit de la première diffusion de ces chiffres au format trimestriel désormais adopté par Pôle emploi et la Direction des études et statistiques du ministère du Travail (Dares) pour mieux refléter les tendances de fond du marché du travail.

Avec ce recul de 1,0% sur les trois premiers mois de l’année, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) s’est établi à 3,435 millions, soit 33.000 personnes de moins qu’à fin décembre.

—-

PARIS - Carrefour a annoncé hier la signature de deux accords avec les syndicats sur son plan social et les départs volontaires en France. Ils seront mis en oeuvre le 1er juillet.

Carrefour a présenté en janvier un plan de transformation sur cinq ans pour retrouver sa compétitivité en France, entrer de plain-pied dans l’ère digitale et répondre aux défis environnementaux et sanitaires de la distribution alimentaire.

Le projet prévoit un plan de départs volontaires pour supprimer 2.400 postes dans les sièges du groupe en France et un plan de sauvegarde de l’emploi qui concerne 2.100 salariés dans le cadre de la cession ou la fermeture de 273 magasins ex-Dia.

—-

PARIS - Carrefour a annoncé hier être entré en négociations exclusives avec Système U en vue d’une alliance pour cinq ans qui lui permettra de se hisser au rang de leader dans les achats en France et de renforcer la compétitivité des deux enseignes dans un environnement de guerre des prix toujours féroce.

L’alliance permettra aux enseignes de mieux négocier leurs prix d’achats et donnera à Carrefour - déjà allié à Cora - et Système U une part de marché estimée à environ 34%, devant le duo Casino-Auchan (environ 22%).

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below