April 19, 2018 / 1:36 AM / in 4 months

Merkel et Macron à Berlin pour la réforme la zone euro

BERLIN, 19 avril (Reuters) - Le président français, Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel, se retrouvent ce jeudi à Berlin pour une réunion consacrée à la réforme de la zone euro, quelques semaines à peine après la formation du nouveau gouvernement allemand.

Dans le cadre de leur accord de coalition, conservateurs et sociaux-démocrates allemands se sont entendus sur le principe d’un renforcement et d’une réforme de la zone euro en coopération étroite avec la France, mais les deux blocs divergent sur les détails.

Au coeur des dissensions, l’insistance des conservateurs allemands pour que chaque pays de la zone euro assume la responsabilité des risques économiques qu’il court, alors qu’Emmanuel Macron préconise davantage de solidarité - ou une mise en commun des risques - entre Etats membres.

Les projets de réforme du président français sont considérés avec scepticisme par le bloc conservateur d’Angela Merkel, dont bon nombre de responsables voient d’un mauvais oeil toute mesure qui conduirait les contribuables allemands à assumer la responsabilité des dettes de pays tiers, ce qui reviendrait, pour la CDU/CSU, à financer les Etats dépensiers.

A Paris et Berlin, on espère toutefois trouver un terrain d’entente avant le sommet de l’Union européenne que sera organisé les 28 et 29 juin.

“J’entends beaucoup ici ou là des commentaires sur des soi- disant difficultés entre le gouvernement allemand et le gouvernement français (...)”, a déclaré mercredi le ministre français de l’Economie et des Finances lors du débat sur le programme de stabilité des finances publiques à l’Assemblée nationale.

“Je veux vous rassurer, le travail qui est fait actuellement est un travail silencieux, exigeant, secret pour le moment et qui doit nous permettre d’obtenir une véritable feuille de route franco-allemande d’ici le prochain Conseil européen de juin sur la transformation de la zone euro”, a-t-il ajouté.

Si la France et l’Allemagne, qui représentent ensemble près de 50% du PIB de la zone euro, entendent jouer un rôle moteur dans la zone euro et s’efforcent d’afficher leur unité, les modalités de la réforme font débat.

La chancelière Angela Merkel a souligné mardi que la création d’une union bancaire était une priorité tout en disant vouloir étendre sa volonté de réforme à la question de l’asile ainsi qu’à la politique extérieure, à celle de la défense et à la recherche.

Angela Merkel souhaite également que la réforme de la zone euro s’accompagne d’une réflexion sur la compétitivité et qu’elle ne se borne pas à la collecte de fonds destinés à venir en aide aux Etats en difficultés. (Paul Carrel, Nicolas Delame pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below