April 13, 2018 / 7:40 AM / a month ago

SNCF-La CFDT salue des avancées sur la réforme, la grève continue

* Des avancées sur l’ouverture à la concurrence, dit Berger

* La CFDT ne détient pas à elle seule la clé, souligne-t-il

* Les syndicats veulent des précisions sur la dette

* Trafic ferroviaire de nouveau perturbé

PARIS, 13 avril (Reuters) - Le secrétaire général de la CDFT a salué vendredi “de premières avancées” dans les négociations avec le gouvernement sur la réforme de la SNCF, notamment sur l’ouverture à la concurrence, alors que la grève des cheminots a repris.

Les députés ont achevé jeudi l’examen du projet de loi “pour un nouveau pacte ferroviaire” tandis que se poursuit la concertation avec les organisations représentatives - CGT, Unsa, Sud et CFDT - qui n’ont pas perdu l’espoir d’amender la réforme.

Invité de RTL, Laurent Berger a précisé que les cheminots de la CFDT avaient reçu jeudi un courrier de la ministre des Transports, Elisabeth Borne, “qui montrait que sur la question de l’ouverture à la concurrence il y avait eu quelques avancées avec la prise en compte d’amendements portés par les cheminots CFDT, notamment sur la question du volontariat”.

Au nombre des amendements, selon le dirigeant syndical : “Lorsqu’il y aura un opérateur autre que la SNCF, la possibilité de passer à cet opérateur par volontariat” ; “le fait d’avoir la portabilité des droits en changeant éventuellement d’opérateur.”

“Il y a quelques amendements dont le gouvernement dit qu’il va les soutenir, notamment sur la capacité, lorsqu’il y a une défaillance de l’opérateur en question, d’avoir (...) un droit de retour, de réintégration”, a poursuivi Laurent Berger.

“Ce sont de premiers gestes et ça montre que la méthode des cheminots CFDT est la bonne”.

L’EXÉCUTIF PRESSÉ D’ÊTRE PLUS PRÉCIS SUR LA DETTE

Ce sont “de premières avancées, maintenant il y a évidemment d’autres sujets à aborder”, a souligné Laurent Berger, ajoutant que “la CFDT n’a pas à elle toute seule la clé de la sortie de crise”. La CFDT est le quatrième syndicat de la SNCF.

Associés à la puissante CGT-Cheminots, l’Unsa-ferroviaire et la CFDT-Cheminots se plaignaient jusqu’à présent que leurs propositions d’amendements restent lettre morte.

Le porte-parole du gouvernement a confirmé que les discussions progressaient.

“Nous avons pu avancer dans le cadre des concertations conduites par Elisabeth Borne sur la question de l’ouverture à la concurrence, on va pouvoir avancer sur la question de la gouvernance et donc les choses se font par étapes dans la discussion”, a expliqué Benjamin Griveaux sur France 2.

Laurent Berger a souhaité que l’exécutif précise sa proposition de reprise de la dette de l’entreprise publique - 47 milliards d’euros pour la seule SNCF Réseau.

“Elle sera pour partie et progressivement reprise à mesure que ces réformes se feront”, a dit Emmanuel Macron jeudi sur TF1.

“Il faut dire quel sera le cadre social, (...) il faut dire aussi quel financement pérenne et durable pour un système ferroviaire qui intègre notamment des investissements beaucoup plus forts sur les lignes du quotidien”, a souhaité Laurent Berger.

La grève par intermittence lancée le 3 avril par les cheminots a repris vendredi pour deux jours, entraînant de nouvelles perturbations dans le trafic ferroviaire.

Selon la direction, le taux de grévistes est de 38%, soit dix points de moins qu’au début du conflit. (Sophie Louet)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below