March 29, 2018 / 3:10 PM / 2 months ago

France-Des retenues sur salaire plus élevées pour les cheminots

PARIS, 29 mars (Reuters) - La ministre des Transports a défendu jeudi la méthode de calcul des retenues sur salaire de la direction de la SNCF, qui réduit plus que prévu le bulletin de paie des cheminots participant à la grève contre la réforme de leur entreprise. “Quand on a 18 préavis de grève qui sont déposés, on peut considérer que c’est un mouvement global. Les règles s’appliquent normalement, celles qui sont prévues quand on a un mouvement de grève global”, a dit Elisabeth Borne sur Europe 1.

Chaque jour de grève se traduit par une perte d’un trentième du salaire mensuel. Or, selon cette méthode, l’ensemble des jours qui composent le mouvement de grève, même les jours de repos, sont deduis du bulletin de paie. Sur un conflit de 10 jours, par exemple, un agent perd un tiers de sa rémunération.

Avec leur format de grève par intermittence - à raison de deux jours sur cinq - ces derniers avaient déposé plusieurs préavis pour tenter de minimiser l’impact financier du débrayage.

Le président directeur général de la SNCF, Guillaume Pepy, a justifié jeudi cette méthode par le fait que la grève, qui doit commencer le 3 avril pour se terminer le 28 juin, était “une grève qui (allait) beaucoup pénaliser les français”.

Pour Elisabeth Borne, “le principe c’est que les jours de grève ne sont pas payés”. “Là, on a un mouvement qui a été annoncé, on en tire les conséquences.”

La CGT cheminots a dénoncé lundi les “enfumages et les coups tordus” de la direction “pour tenter de casser la grève”.

“Les cheminots avaient été habitués à la violence de la direction SNCF lors des conflits: refus de négociation, huissiers sur les piquets de grève pour pousser les grévistes à la faute (...) mais cette fois-ci, il semble que la direction ne se fixe plus aucune limite”, ont-ils écrit dans un communiqué.

Ils pointent du doigt un “lock out” (fermeture) des bâtiments de direction “pour imposer aux cadres d’aller remplacer les grévistes”, un “appel à la main d’oeuvre étrangère des filiales pour venir travailler sur les sites français pendant la grève” et une “directive aux établissements de considérer les préavis indépendants de deux jours comme un seul préavis”.

Elisabeth Borne estime qu’il est encore possible d’éviter la grève par “la concertation”. Ces rencontres de deux mois, qui “sont à mi-parcours”, visent à trouver des dispositions pour être introduites par amendement dans le projet de loi au cours du débat parlementaire. Pour les organisations syndicales, qui estiment le gouvernement a “fait le choix de n’ouvrir aucune négociation sérieuse”, il est peu probable que la grève du 3 et 4 avril soit annulée, “sauf coup de théâtre”. (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below