March 22, 2018 / 1:59 PM / 7 months ago

LEAD 1-La BoE, divisée sur les taux, ouvre la voie à une hausse en mai

* La BoE vote à 7 contre 2 pour maintenir les taux à 0,5% en mars

* McCafferty et Saunders ont surpris en votant pour une hausse

* Poursuite du resserrement pour atteindre l’objectif d’inflation (Actualisé avec précisions, réactions d’économistes et de marché)

par David Milliken et Andy Bruce

LONDRES, 22 mars (Reuters) - La Banque d’Angleterre (BoE) a, comme prévu, laissé son principal taux directeur inchangé jeudi, à 0,5%, mais sa décision n’a pas été unanime contrairement aux attentes des investisseurs, qui devraient désormais anticiper de manière plus convaincue un tour de vis monétaire en mai.

Deux des neuf membres du comité de politique monétaire de la BoE ont jugé que le moment était venu de relever à nouveau les taux après la hausse annoncée en novembre, la première en plus de 10 ans. Ian McCafferty et Michael Saunders avaient déjà été les premiers l’an dernier à voter en faveur d’un relèvement.

L’économie mondiale enregistre sa plus forte croissance depuis la crise financière, ce qui soutient l’économie britannique, confrontée à l’incertitude entourant le Brexit.

La Réserve fédérale américaine a relevé ses taux mercredi pour la sixième fois depuis la crise.

Même la banque centrale européenne - malgré une inflation qui reste anémique - réduit progressivement ses rachats d’obligations.

Si elle a voté à sept voix contre deux pour un statu quo sur ses taux, la Banque d’Angleterre a néanmoins déclaré que le “resserrement en cours” devrait probablement se poursuivre pour ramener l’inflation, à 2,7% en février, vers son objectif de 2%.

“Le message de la Banque d’Angleterre aux emprunteurs ne peut être plus clair: préparez-vous à un relèvement des taux maintenant”, a dit Ed Monk chez Fidelity International.

Les rendements des emprunts d’Etat britanniques évoluent en nette baisse après les annonces de la BoE. Le 10 ans est tombé à 1,457% contre plus de 1,5% avant le communiqué de la banque centrale. Celui à deux ans revient à 0,91% contre 0,93%.

Sur le marché des changes, la livre sterling a brièvement touché un pic de neuf mois face à l’euro. Les investisseurs estimaient à 70% la probabilité d’une hausse des taux en mai avant la déclaration de jeudi, et également à 70% celle d’un nouveau relèvement plus tard dans l’année.

Le gouverneur de la BoE, Mark Carney, et ses collègues avaient surpris les marchés le mois dernier en déclarant que les taux pourraient devoir être relevés plus rapidement que prévu au vu de la bonne conjoncture économique mondiale et d’une inflation nettement supérieure à leur objectif.

Les prix ont eu tendance à augmenter en Grande-Bretagne depuis le vote en faveur d’une sortie de l’Union européenne, en juin 2016, qui a favorisé une dépréciation de la livre.

La banque centrale anglaise a déclaré jeudi que l’évolution de la situation économique depuis cette prise de position confirmait globalement son point de vue.

“Etant donné la perspective d’une demande excédentaire sur la période envisagée, un resserrement en cours de la politique monétaire durant la période envisagée serait approprié pour ramener durablement l’inflation vers son objectif à un horizon plus conventionnel”, a déclaré la BoE.

La BoE avait relevé les taux pour la première fois depuis une décennie en novembre, après les avoir abaissés en urgence alors que l’économie britannique était sous le choc du vote du 23 juin 2016 en faveur d’une sortie de l’Union européenne.

Depuis, la croissance a mieux résisté que prévu tout en restant à la traîne par rapport à l’économie mondiale, la consommation des ménages ayant été freinée par une hausse de l’inflation provoquée par la faiblesse de la livre sterling.

Aucun économiste interrogé par Reuters ne tablait cependant sur une nouvelle hausse de taux de 25 points de base comme en novembre, et seule une minorité d’entre eux s’attendait à ce que Saunders ou McCafferty se prononcent en faveur d’une hausse.

L’un des obstacles majeurs à un relèvement des taux en mai a été levé cette semaine avec la conclusion d’un accord entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne sur la période de transition post-Brexit qui doit s’achever fin 2020.

La BoE a noté que cet accord avait soutenu la livre. (Bertrand Boucey et Juliette Rouillon pour le service français, avec Blandine Hénault, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below