March 19, 2018 / 1:54 PM / 6 months ago

LEAD 1-BCE-Le débat s'oriente sur la trajectoire des taux-sources

(Actualisé avec précisions, contexte)

par Balazs Koranyi

FRANCFORT, 19 mars (Reuters) - Les responsables de la Banque centrale européenne (BCE) s’intéressent dorénavant plus à l’évolution prévisible des taux d’intérêt car même les plus accommodants d’entre eux se font à l’idée que le programme de rachats d’actifs devrait prendre fin cette année, ont déclaré des sources au fait des discussions.

Les membres de la BCE s’accommodent du fait que le marché anticipe une hausse des taux d’ici la mi-2019 et le débat porte surtout dorénavant sur le rythme d’évolution des taux par la suite, certains souhaitant que les anticipations futures soient encadrées au vu de la lente remontée de l’inflation, ont dit à Reuters cinq sources ayant une connaissance directe des discussions.

Après avoir passé plus de trois années à racheter pour près de 2.500 milliards d’euros d’actifs, la BCE se préoccupe à présent de l’arrêt progressif de ce programme dit d’assouplissement quantitatif (QE) et de normaliser sa politique monétaire en une période de forte croissance mais de faible inflation.

“La seule raison de prolonger le programme serait d’écarter les anticipations de hausse des taux et d’ancrer la courbe des rendements”, a dit l’une des sources. “Mais on peut y parvenir autrement, comme un pilotage des anticipations plus précis ou davantage d’opérations de refinancement à long terme.”

Ces informations ont fait remonter l’euro, ainsi que les rendements du Bund à 10 ans et des obligations du Trésor américain de même échéance.

La BCE s’est abstenue de tout commentaire et les sources ont ajouté qu’aucune décision n’avait été prise sur l’avenir du programme QE.

Le programme de rachats d’obligations de la banque centrale, qui a déjà été prolongé plusieurs fois, doit prendre fin en septembre et les équipes de la BCE basent leurs prévisions sur l’arrêt définitif du programme à la fin de cette année.

“Je n’ai pas vu de justification sérieuse à une nouvelle prolongation”, dit une deuxième source. “Mais nous devons gérer avec précaution les anticipations en matière de taux, surtout compte tenu du risque commercial et de taux de change.”

PAS D’ANNONCE ATTENDUE EN AVRIL

Dans la crainte d’une guerre commerciale avec les Etats-Unis et d’une volatilité accrue sur le marché des changes, la décision concernant l’avenir de ces rachats au-delà de septembre devrait être prise assez tard, en juin ou juillet, notent les sources.

Alors que les tarifs douaniers annoncés par les Etats-Unis ont pour le moment un impact relativement faible sur la croissance, ils annoncent des mesures de rétorsion qui pourraient avoir plus d’influence, ajoutent les sources.

Le président de la BCE, Mario Draghi, et son chef économiste, Peter Praet, ont tous deux noté que les capacités inexploitées en zone euro pourraient être plus importantes que prévu, ce qui pourrait retarder le redressement de l’inflation.

La BCE vise un rythme d’augmentation des prix légèrement inférieur à 2% mais elle s’attend à ce que l’inflation reste sous cet objectif pendant encore au moins trois ans. Une plus grande inutilisation des capacités laisserait prévoir une reprise encore plus lente.

Les marchés monétaires ont intégré une hausse de 10 points de base des taux d’intérêt au cours du deuxième trimestre de l’an prochain et au moins une hausse supplémentaire en 2019, le marché monétaire tablant sur un taux de dépôt de la BCE passant de -0,40% à zéro dans les deux années à venir.

Les responsables monétaires plus conservateurs jugent les anticipations du marché raisonnables mais les membres de la BCE en faveur d’une politique plus accommodante estiment que ces anticipations peuvent rapidement changer et que la BCE doit s’assurer que les hausses de taux anticipées restent graduelles, ont ajouté les sources.

“Dès que nous prendrons une décision, les marchés commenceront à prendre en compte la prochaine étape sur la trajectoire des taux”, a dit une troisième source. “Ces anticipations doivent être fermement ancrées avant notre première décision de politique monétaire.”

Aucune décision importante ne devrait être prise lors de la réunion d’avril de la BCE et seuls des ajustements mineurs sont attendus pour le moment, ont ajouté les sources. (Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below