March 19, 2018 / 10:29 AM / 6 months ago

BOURSE-Nexans chute, le départ du DG crée de l'incertitude

PARIS, 19 mars (Reuters) - Nexans chute lundi à la Bourse de Paris après l’annonce du départ inattendu de son directeur général, Arnaud Poupart-Lafarge, l’un des principaux artisans du redressement du spécialiste des câbles électriques ces dernières années.

A 11h25, l’action décroche de 7,33% à 41,07 euros, accusant de loin la plus forte baisse du SBF 120 pour retomber à son plus bas niveau depuis juillet 2016.

Nexans a fait part dimanche soir de la démission de son directeur général pour des raisons personnelles. Une source proche du groupe a expliqué qu’il s’agissait pour Arnaud Poupart-Lafarge d’un “choix de vie personnel”.

“Cette décision constitue bien évidemment une surprise”, observent dans une note les analystes d’Oddo BHF, qui rappellent qu’Arnaud Poupart-Lafarge était entré en fonctions en 2014 pour mettre en oeuvre le plan de redressement du groupe et qu’il venait de présenter un nouveau plan stratégique de Nexans pour la période 2018-2022.

Le dirigeant avait contribué à clarifier la stratégie de Nexans et à redresser son activité grâce à une restructuration en Europe et en Australie et à des cessions d’actifs jugés insuffisamment rentables.

“Le changement de gouvernance apporte un facteur d’incertitude à court terme même si le groupe confirme la poursuite de la stratégie et de la mise en oeuvre du plan”, ajoutent les analystes d’Oddo BHF.

Arnaud Poupart-Lafarge restera à son poste jusqu’au 30 septembre 2018 au plus tard, le temps d’assurer la transition avec le nouveau directeur général, qui sera recruté en interne ou en externe, a précisé Nexans dimanche.

En décembre, le groupe avait dit viser une hausse de 25% de son chiffre d’affaires à l’horizon 2022 par rapport à son périmètre actuel d’activité.

Il avait ajouté envisager sur la période des acquisitions représentant un chiffre d’affaires supplémentaire de 1,5 milliard à deux milliards d’euros.

La présentation du plan avait été toutefois suivie d’une chute du titre (-6,37% le 14 décembre), certains investisseurs s’inquiétant de l’impact sur les marges des investissements annoncés. L’action avait auparavant gagné près de 140% en trois ans.

Blandine Hénault, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below