March 12, 2018 / 1:35 PM / 6 months ago

France-Le groupe ukrainien MHP candidat à la reprise du volailler Doux

* Le groupe breton connaît de graves difficultés financières

* MHP dément le licenciement de 550 salariés évoqué dans la presse

* Les syndicats craignent une liquidation judiciaire

RENNES, 12 mars (Reuters) - Le géant ukrainien de la volaille MHP a déposé la semaine dernière auprès du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) une proposition de reprise du groupe Doux, confronté à d’importantes difficultés financières depuis des mois, a-t-on appris auprès du repreneur potentiel.

“Des discussions sont en cours avec les différents actionnaires du groupe Doux, la coopérative agricole Terrena, le groupe saoudien Almunajem mais aussi l’Etat et la Région, et une proposition a été adressée à Bercy en fin de semaine dernière”, a déclaré à Reuters une porte-parole de MHP.

“Il s’agit d’une proposition industrielle robuste et sérieuse qui assure la pérennité des activités, de l’emploi et de la filière en Bretagne”, a-t-elle ajouté.

Le “périmètre du projet” lui-même fait selon elle l’objet de discussions, ainsi que la reprise de la totalité ou non du groupe.

Plus grand producteur de produits avicoles en Ukraine maîtrisant toute la chaîne de production et de distribution, MHP a “fermement” démenti l’information parue dans la presse selon laquelle 550 salariés du groupe Doux, sur un effectif total de 1.200 employés, seraient licenciés en cas de reprise.

Basé à Chateaulin, dans le Finistère, le groupe Doux, spécialisé dans l’exportation de poulets congelés vers le Moyen-Orient et l’Afrique, a subi ces dernières années d’importantes pertes dues notamment aux conséquences des épidémies de grippe aviaire, qui lui ont fermé certains marchés, mais aussi de la concurrence des producteurs brésiliens.

Ces pertes sont estimées entre 35 et 36 millions d’euros par an depuis 2016.

“UN NAUFRAGE SOCIAL”

Les syndicats du groupe Doux ont décrit en fin de semaine dernière une situation “dramatique” susceptible de conduire rapidement, si aucune solution de reprise n’est trouvée, à une procédure de liquidation judiciaire.

“Le groupe est à vendre et, si aucune solution n’est trouvée d’ici le 31 mars 2018, ce sera la liquidation judiciaire”, a estimé dans un communiqué Force Ouvrière, reprenant la date avancée par la coopérative Terrena, actionnaire principal de Doux, à compter de laquelle elle pourrait cesser de renflouer la trésorerie du volailler.

“Aujourd’hui, le groupe Terenna ne peut plus faire face aux pertes du groupe Doux et, si on ne trouve pas de solution d’ici la fin du mois, nous allons vers un nouveau naufrage social”, a déclaré à Reuters Nadine Hourmant, délégué FO à Chateaulin, qui rappelle qu’en incluant la sous-traitance, l’activité du groupe Doux concerne environ 3.500 salariés.

La direction de Doux avait annoncé en septembre dernier son intention de mettre en place une nouvelle stratégie pour faire face à ses difficultés à l’export et à la nécessité pour le groupe de trouver des investisseurs pour un montant de 100 millions d’euros afin de réorienter son modèle économique.

Selon le magazine Challenges, le groupe MHP serait prêt à investir 80 millions d’euros dans un projet global de 150 millions d’euros, nécessitant l’intervention des pouvoirs publics à hauteur de 70 millions d’euros. (Pierre-Henri Allain, édité par Elizabeth Pineau)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below