March 1, 2018 / 9:02 PM / 10 months ago

VW se défend d'un défaut d'information des investisseurs après le "dieselgate"

HANOVRE, Allemagne, 1er mars (Reuters) - La direction de Volkswagen n’a pas violé les règles d’information financière en repoussant la divulgation des conséquences de ses problèmes liés au “dieselgate” aux Etats-Unis, affirment les avocats du constructeur automobile dans un document fourni à la justice allemande et consulté par Reuters.

Volkswagen a admis le 3 septembre 2015 devant les autorités américaines avoir triché sur les tests d’émission de ses véhicules diesel mais n’a publié que le 22 septembre un communiqué indiquant que le logiciel “fraudeur” qui permettait de modifier le résultat de ces tests équipait environ 11 millions de ses véhicules en circulation dans le monde.

Dans ce mémoire de 300 pages, les avocats du premier constructeur automobile européen écrivent que la direction du groupe n’avait aucune obligation de communiquer plus tôt sur les possibles conséquences financières de cette affaire.

Volkswagen estimait que les amendes potentielles et les coûts de mise à jour des véhicules concernés ne dépasseraient pas les 300 millions d’euros et que cette somme ne pèserait donc pas excessivement sur le cours de ses actions, a-t-on appris de sources proches de VW.

Le groupe se basait alors sur les amendes infligées dans des affaires similaires. “Une escalade (des coûts) n’était attendue ni par la partie défenderesse, ni par ses conseillers”, ajoutent-ils.

En quelques jours, l’action VW s’était effondrée.

Quelque 1.600 plaintes émanant pour la plupart d’investisseurs institutionnels ont été déposées devant le tribunal de Brunswick, en Basse-Saxe, près de Wolfsburg, où se trouve le siège de VW.

Ces investisseurs accusent le constructeur de ne pas avoir informé suffisamment vite ses actionnaires et réclament 9 milliards d’euros de dommages et intérêts pour compenser la chute du cours de l’action VW.

Depuis les révélations du “dieselgate”, VW a provisionné quelque 30 milliards de dollars pour couvrir les amendes et la remise au normes des véhicules concernés.

Les premières audiences devant le tribunal de Brunswick doivent se tenir début septembre. (Andreas Cremer Henri-Pierre André pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below