February 27, 2018 / 4:54 PM / 9 months ago

Expropriations foncières sans indemnités en Afrique du Sud

LE CAP, 27 février (Reuters) - Le Parlement sud-africain a adopté mardi un texte présenté par le parti d’extrême gauche des Combattants de la liberté économique (Economic Freedom Fighters, EFF) qui prévoit des expropriations foncières sans verser d’indemnités aux propriétaires.

Dans son discours sur l’état de la nation le 16 février, le nouveau président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a annoncé le début d’une “nouvelle ère”, avec une accélération du programme de redistribution foncière.

Il a promis une “transformation économique radicale”, prévoyant des expropriations foncières sans compensation, de manière à accroître la production agricole et améliorer la sécurité alimentaire.

Le texte voté mardi au Parlement, qui nécessitera une révision de la Constitution, a été présenté par le dirigeant de l’EFF, Julius Malema. Il a été adopté par 241 voix contre 83.

“Nous devons rendre la dignité à notre peuple sans indemniser les criminels qui ont volé nos terres”, a lancé Julius Malema aux députés.

Alors que son parti, l’ANC (Congrès national africain), est sous pression pour mettre fin aux disparités raciales, plus de vingt ans après la fin de l’apartheid, Cyril Ramaphosa a promis d’accélérer la redistribution foncière au profit de la population noire. (Wendell Roelf, Guy Kerivel pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below