February 22, 2018 / 5:11 PM / 6 months ago

Le groupe minier kazakh ERG envisage des cessions d'actifs-sources

LONDRES, 22 février (Reuters) - Le groupe minier kazakh Eurasian Resources Group (ERG), anciennement connu sous le nom d’ENRC, travaille sur un projet de cessions d’actifs via des introductions en Bourse afin de réduire son endettement, a-t-on appris de trois sources bancaires.

ERG a été retiré de la cote en 2013 par ses trois fondateurs et l’Etat kazakh dans le cadre d’un plan de sauvetage de 4,5 milliards de dollars (3,65 milliards d’euros), six ans après son introduction en Bourse de Londres.

Durant sa période de cotation, le groupe a été ébranlé par des batailles en coulisses, par la faiblesse des cours des matières premières et par une enquête pour corruption dans certaines de ses filiales.

ERG, dont le siège social est au Luxembourg, est présent au Kazakhstan dans la production de ferrochrome, d’aluminium, de minerai de fer et d’électricité et il dispose d’investissements dans le cuivre et le cobalt en Afrique et de mines de minerai de fer au Brésil.

“Le groupe a besoin de fonds et il cherche à se séparer de certains actifs, plus probablement ceux dans le ferrochrome et l’électricité, et à les introduire en Bourse”, a dit une source.

ERG, dont l’Etat kazakh est actionnaire à hauteur de 40%, espère convaincre des investisseurs japonais ou chinois de prendre des participations pouvant atteindre 20% dans les actifs qu’il compte céder, selon une source bancaire.

Il visera ensuite probablement une cotation soit à Londres soit à Hong Kong, ont dit les sources.

Son objectif est de réduire son endettement alors qu’il devait 5,8 milliards de dollars à ses principaux créanciers, VTB et Sberbank, à la date de juillet 2016. VTB a accepté l’an dernier de prolonger jusqu’en 2022 la maturité de 3 milliards de dollars de dettes d’ERG.

VTB Capital et Rothschild travaillent sur ce projet, ont déclaré les sources.

ERG, qui dément toute malversation dans les enquêtes ouvertes en Grande-Bretagne, n’a pas pu être joint dans l’immédiat.

VTB Capital et Rothschild, qui conseille de longue date le gouvernement kazakh, ont refusé de s’exprimer sur le sujet. (Clara Denina et Dasha Afanasieva Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below