February 20, 2018 / 5:33 PM / 8 months ago

Maersk se voit en concurrent d'UPS et de Fedex, sans convaincre

par Stine Jacobsen

COPENHAGUE, 20 février (Reuters) - Le groupe danois A.P. Moller-Maersk se voit devenir un concurrent direct des américains UPS et Fedex avec le développement de ses activités de transport et de logistique, a déclaré mardi son directeur général, Soren Skou.

L’accent stratégique mis sur ces deux activités a notamment amené le numéro un mondial du transport maritime de conteneurs à céder à Total ses activités dans les hydrocarbures en mer du Nord (Maersk Oil) pour 7,45 milliards de dollars (6 milliards d’euros) en août dernier.

Dans le cadre de sa restructuration, Maersk veut pouvoir proposer ses services dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement pour permettre à ses clients de n’avoir qu’un seul interlocuteur dans l’acheminement de biens d’un endroit du monde à un autre.

“Nous bâtissons une entreprise qui consiste en une activité mondialement intégrée de conteneurs, une entreprise très similaire à UPS et Fedex”, a dit Soren Skou à des investisseurs conviés à Copenhague.

“J’espère qu’ils seront considérés comme nos homologues lorsque nous aurons terminé ce parcours d’ici trois à cinq ans”, a-t-il ajouté.

Moins de deux semaines avant cette journée pour investisseurs, Maersk a déçu en publiant un bénéfice trimestriel moins bon que prévu et des prévisions jugées conservatrices par les analystes.

NUMÉRISATION

Le groupe danois reconnaît que, même s’il transporte un conteneur sur sept à travers le monde, sa taille ne suffit plus et que l’essor du commerce du ligne nourrit une demande pour une offre de transport plus rapide, plus simple et plus souple.

“Les activités de nos clients sont pour une grande partie en train d’évoluer, elles sont bouleversées par les nouvelles technologies, par le commerce en ligne et par de nouvelles manières de faire”, a dit le directeur commercial de Maersk, Vincent Clerc.

Maersk fait le pari que la numérisation de l’activité économique va lui permettre de proposer des services à plus forte valeur ajoutée dans des domaines tels que les prévisions de fret et les opérations financières. Il s’est ainsi allié avec IBM pour développer une technologie de blockchain destinée à numériser les procédures de transactions dans l’ensemble du transport maritime international.

Les investisseurs sont cependant restés sur leur faim quant à la question de savoir comment Maersk allait monétiser ses projets et utiliser l’argent de ses cessions d’actifs.

Le titre a perdu 3,07% mardi en Bourse de Copenhague, l’une des plus fortes baisses de l’indice européen Stoxx 600 (+0,6%).

“Beaucoup espéraient quelque chose de plus précis par exemple en ce qui concerne la manière dont le produit de la vente de Maersk Oil sera distribué”, a dit Morten Imsgard, analyste de Sydbank. (Bertrand Boucey pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below