February 14, 2018 / 7:03 AM / 6 months ago

Thyssenkrupp-La sidérurgie dope le bénéfice au T1

FRANCFORT, 14 février (Reuters) - Thyssenkrupp a annoncé mercredi un bénéfice d’exploitation en hausse de plus d’un tiers au premier trimestre, gonflé par sa sidérurgie européenne qu’il veut rapprocher de celle de l’indien Tata Steel .

Le bénéfice d’exploitation (Ebit) est ressorti à 444 millions d’euros, supérieur au consensus Reuters qui anticipait 436 millions d’euros.

Le groupe industriel allemand a confirmé sa prévision d’un Ebit ajusté annuel compris entre 1,8 et 2 milliards d’euros.

Le bénéfice de la division Steel Europe a presque sextuplé au premier trimestre à 160 millions d’euros grâce à une hausse des prix.

ArcelorMittal, le premier sidérurgiste mondial, a publié un bénéfice en hausse de 56% sur la même période.

“Nous continuons à bien progresser sur la voie de la transformation de Thyssenkrupp en un solide groupe industriel”, a déclaré le président du directoire Heinrich Hiesenger, qui cherche à recentrer le groupe sur la technologie.

Le bénéfice d’Elevator Technology, premier centre de profits du groupe, a progressé de 3% à 220 millions d’euros, représentant près de la moitié du résultat de Thyssenkrupp.

Le bénéfice d’Industrial Solutions, qui construit des usines clés en main, des navires et des sous-marins, a lui chuté de 71%.

En septembre, Thyssenkrupp et Tata Steel ont signé un protocole d’accord en vue d’une fusion de leurs opérations en Europe dans une coentreprise à parité, qui deviendrait le numéro deux de la sidérurgie du Vieux Continent derrière ArcelorMittal.

L’investisseur activiste Cevian, deuxième actionnaire du groupe allemand, a réitéré en janvier ses appels à une restructuration de l’entreprise, estimant que sa structure de conglomérat ne créait pas suffisamment de valeur.

Le titre Thyssenkrupp a perdu plus de 8% depuis l’annonce de la coentreprise avec Tata, à comparer avec un repli de 1% pour le sous-indice du secteur des valeurs européennes du Stoxx 600 . L’action ArcelorMitall a pris elle 20%.

Une fois le projet approuvé par les organes dirigeants et les régulateurs, les investisseurs s’attendent à ce que le groupe introduise en Bourse la coentreprise et cède sa division de négoce et de distribution de matériaux.

“Nous pensons qu’il existe actuellement une fen^étre d’opportunité de finaliser ces opérations mais elle ne restera pas éternellement ouverte”, écrivaient la semaine dernière les analystes de Credit Suisse. (Christoph Steitz Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below