February 6, 2018 / 11:05 AM / 10 months ago

LEAD 1-BP publie un bénéfice meilleur que prévu

* Un bénéfice de $6,2 mds en 2017

* Hausse de 12% de la production de gaz et de pétrole

* BP table sur un baril de brut entre $50 et $55 d’ici la fin 2018 (Actualisé avec précisions et cours de Bourse)

par Ron Bousso

LONDRES, 6 février (Reuters) - BP a plus que doublé son bénéfice en 2017 à 6,2 milliards de dollars (5 milliards d’euros), grâce une hausse des cours et de la production de gaz et de pétrole, des résultats qui ont permis au groupe britannique de reprendre sa politique de rachats d’actions au quatrième trimestre.

La compagnie, qui s’efforce depuis des années de réaliser des économies, devrait pouvoir en 2018 être rentable avec un baril de pétrole à 50 dollars, a déclaré à Reuters le directeur financier Brian Gilvary, alors que la facture globale de 65 milliards de dollars, en amendes et frais de nettoyage, après l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon en 2010 pèse progressivement de moins en moins fort.

BP a été la première compagnie pétrolière européenne à reprendre son programme de rachats d’actions au quatrième trimestre 2017 dans le but d’atténuer l’impact de son plan de versement du dividende en actions.

Un baril de brut à 61 dollars au quatrième trimestre, en hausse de 20%, a permis à BP de gonfler sa trésorerie et de racheter pour 343 millions de dollars d’actions sur cette période.

“2017 a été l’une des plus solides années dans l’histoire récente de BP”, a déclaré le directeur général, Bob Dudley, cité dans un communiqué. “Nous entrons dans la deuxième année de notre plan quinquennal avec un véritable élan, fortement convaincus que nous pouvons continuer à croître.”

HAUSSE DE LA PRODUCTION

Sur l’ensemble de l’année 2017, durant laquelle BP a ouvert sept nouveaux gisements pétroliers et gaziers, sa production a progressé d’environ 12% à 2,47 millions de barils par jour (bpj).

Le groupe a dit prévoir le lancement de cinq projets supplémentaires cette année, notamment en Egypte, en Azerbaïdjan et en mer du Nord.

BP a également accru d’environ un milliard de barils équivalent pétrole ses réserves en 2017, avec la découverte de six nouveaux gisements.

Les bénéfices tirés des activités de raffinage et de négoce ont progressé à 7 milliards de dollars en 2017.

Le flux de trésorerie sur la période octobre-décembre a légèrement augmenté à 6,2 milliards de dollars, un niveau un peu inférieur aux prévisions. Cette faible progression suggère que les effets des réductions de coûts touchent à leur fin et fait écho aux résultats publiés par ses concurrents Royal Dutch Shell , Exxon Mobil et Chevron la semaine dernière.

Cette faiblesse est due principalement à un bénéfice tiré des activités de raffinage moins élevé que prévu, relève Brendan Warn, analyste chez BMP Capital Markets.

La facture de Deepwater Horizon a continué à peser, le groupe ayant dû inscrire une charge non opérationnelle de 1,7 milliard de dollars au quatrième trimestre. Le coût total de l’explosion de la plate-forme pétrolière en 2010 pourrait ainsi dépasser les 65 milliards de dollars.

BP a également inscrit une charge exceptionnelle de 900 millions de dollars sur cette période, liée à la récente réforme fiscale adoptée aux Etats-Unis dont il attend à terme des effets positifs.

En dépit de la forte hausse du pétrole, dont les cours ont touché des plus hauts de trois ans à environ 70 dollars en janvier, le directeur financier Brian Gilvary a dit s’attendre à ce que les cours reviennent dans une fourchette de 50 à 55 dollars le baril d’ici fin 2018.

Le groupe a réalisé au quatrième trimestre un bénéfice net de 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros), supérieur au consensus qu’elle avait elle-même fourni, qui était de 1,9 milliard.

Son bénéfice avait été de 400 millions de dollars un an plus tôt et de 1,9 milliard au troisième trimestre 2017.

Sur une base annuelle, les bénéfices de BP s’établissent à 6,2 milliards de dollars contre 2,6 milliards de dollars en 2016.

Le ratio dette sur fonds propres a atteint 27,4% à la fin 2017, contre 26,8% à la fin septembre. La dette nette s’est établie à 37,8 milliards de dollars, contre 35,5 milliards un an auparavant.

Les dépenses en immobilisations ont atteint 16,5 milliards de dollars sur l’ensemble de 2017, s’inscrivant dans la fourchette de 15 à 17 milliards de dollars que BP veut maintenir jusqu’à 2021.

L’action BP est quasiment stable à 482,15 pence vers 11h00 GMT à la Bourse de Londres alors que l’indice sectoriel européen de l’énergie cède 1,61% au même moment.

Bertrand Boucey et Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below