February 5, 2018 / 2:53 PM / in 8 months

POINT MARCHÉS-Wall Street poursuit sa baisse

* Le Dow perd 0,95%, le S&P 500 0,77%, le Nasdaq 0,72%

* Le rendement à dix ans américain à 2,847%

* Wells Fargo chute de 8,21% après des sanctions de la Fed

* Qualcomm gagne 1,91%, Broadcom a relevé son offre

par Marc Angrand

5 février (Reuters) - La Bourse de New York recule en début de séance lundi, accentuant le repli déjà marqué subi la semaine dernière face aux signes d’accélération de l’inflation, qui favorise la remontée des rendements obligataires.

Une dizaine de minutes après le début des échanges, l’indice Dow Jones perd 243,51 points, soit 0,95%, à 25.277,45 points. Le Standard & Poor’s 500, plus large, recule de 0,77% à 2.740,93 points et le Nasdaq Composite cède 0,72% à 7.189,05 points.

L’indice VIX de volatilité du CBOE, l’indicateur le plus suivi de la nervosité des investisseurs, prend 1,17 point à 18,48, son plus haut niveau depuis novembre 2016, le mois de l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis.

Le S&P-500 a perdu 3,86% la semaine dernière, sa plus mauvaise performance hebdomadaire depuis janvier 2016. Il accuse désormais un repli de près de 4,6% par rapport à son record du 26 janvier mais conserve une progression de 2,5% depuis le début de l’année.

En Europe, les principaux indices sont eux aussi en net recul: le Stoxx 600 abandonne 1,37% et à Paris, le CAC 40 recule de 1,3%.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans ressort à 2,843% après avoir atteint un nouveau pic de quatre ans à 2,885% en début de journée.

Il avait déjà atteint 2,85% vendredi après les chiffres mensuels du marché du travail aux Etats-Unis, dont les investisseurs ont surtout retenu la hausse plus forte qu’attendu du salaire horaire moyen en rythme annuel, un nouveau signe d’accélération de l’inflation susceptible de conduire la Réserve fédérale à accélérer le resserrement de sa politique monétaire.

“Il n’en fallait pas davantage pour assister à des prises de profits sur les actions à court terme et une poursuite de la rotation au sein des actions”, commente Franklin Pichard, de Kiplink Finance, qui rappelle aussi la persistance d’incertitudes politiques en Allemagne, au Royaume-Uni et même aux Etats-Unis avec la menace récurrente d’un “shutdown”.

“Mais nous restons positifs sur les actions dès lors que la hausse des taux est justifiée par l’amélioration de l’activité, la croissance économique globale et les bons résultats d’entreprises, ce qu’ont confirmé tous les indicateurs, la semaine dernière.”

RÉSULTATS ET M&A RESTENT DES FACTEURS DE SOUTIEN

Le marché attend à 15h00 GMT l’indice ISM des services aux Etats-Unis. Dans la zone euro, les derniers résultats des enquêtes PMI ont confirmé le niveau historiquement soutenu de la croissance de l’activité dans le secteur privé.

Parmi les secteurs les plus touchés par le mouvement général de repli, le compartiment des financières abandonne 1,77%, celui de la distribution 0,84%.

La banque Wells Fargo décroche de 8,21% après la décision de la Fed d’encadrer ses activités pour la contraindre à améliorer sa gouvernance et son respect des règles prudentielles.

Les investisseurs qui gardent confiance dans le potentiel de hausse de Wall Street peuvent s’appuyer sur la solidité des résultats de sociétés: alors que la moitié des entreprises composant le S&P 500 ont publié leurs comptes trimestriels, les analystes tablent sur une croissance de 13,6% des profits au quatrième trimestre, contre 12% début janvier.

Dans l’actualité des fusions-acquisitions, le géant des semi-conducteurs Qualcomm perd 1,91% malgré l’annonce par son prétendant Broadcom (+0,06%)du relèvement de son offre d’achat, qui le valorise désormais à 82 dollars par action.

De son côté, le groupe de courtage en matières premières Bunge prend 5,15%; selon Bloomberg, les discussions en cours en vue de son rachat par Archer Daniels Midland (+1,18%) pourraient déboucher cette semaine sur l’annonce d’un accord.

Sur le marché des changes, le dollar s’apprécie de 0,39% face à un panier de devises de référence, sans toutefois remonter au plus haut atteint vendredi en réaction aux chiffres de l’emploi.

L’euro se traite autour de 1,2410 dollar, en baisse de 0,4% face au billet vert. La livre sterling cède quant à elle 0,8% face au dollar et 0,45% face à l’euro en réaction au chiffre inférieur aux attentes de l’indice PMI britannique et au regain d’inquiétude sur le Brexit.

* Pour les valeurs à suivre, cliquez sur

VOIR AUSSI :

* 3 QUESTIONS À-SG CIB - La baisse de Wall Street constitue un point de sortie

* 3 QUESTIONS À-Cholet Dupont - Pas encore de signaux pour une baisse prolongée des actions

édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below