February 5, 2018 / 8:03 AM / 8 months ago

LEAD 1-Réunion du comité directeur de l'ANC sur l'avenir de Zuma

(Précisions tout du long)

JOHANNESBURG, 5 février (Reuters) - La direction du Congrès national africain (ANC) se réunit en urgence ce lundi pour débattre de l’avenir du président sud-africain Jacob Zuma, au pouvoir depuis 2009.

De plus en plus de voix au sein du parti réclament le départ du chef de l’Etat, soupçonné de corruption et dont la position a été fragilisée par l’élection en décembre dernier de son vice-président, Cyril Ramaphosa, à la tête de l’ANC.

La réunion du National Working Committee (NWC), le comité directeur du parti, programmée à 12h00 GMT au siège de l’ANC à Johannesburg, intervient au lendemain de discussions entre Zuma et les six principaux responsables du parti.

Aucune information n’a fuité des rangs de l’ANC sur cette réunion qui s’est déroulée à la résidence de Zuma, à Pretoria.

D’après Julius Malema, ancien membre de l’ANC passé dans l’opposition, Zuma aurait informé les six cadres dirigeants du parti qu’il n’avait pas l’intention de quitter le pouvoir de son plein gré.

“Il a refusé de démissionner et leur a dit de décider eux-mêmes de le destituer s’ils souhaitent le faire, parce que lui pense qu’il n’a rien fait de mal pour son pays”, a-t-il écrit sur Twitter.

Le mandat de Zuma court théoriquement jusqu’en 2019.

Malema n’a pas précisé d’où il tenait ses informations mais il fut l’un des premiers à annoncer en décembre la victoire de Ramaphosa au scrutin interne pour la présidence de l’ANC.

La semaine dernière, une motion de censure contre Zuma a été présentée au Parlement par le parti des Combattants pour la liberté économique (EFF), une formation d’extrême gauche. Elle doit être mise aux voix le 22 février.

Les partis d’opposition et des groupes au sein de l’ANC souhaitent même voir le chef de l’Etat démissionner avant son discours sur l’état de la nation, prévu jeudi devant le Parlement.

Mais Jacob Zuma compte encore des partisans. Un groupe baptisé Black First Land First a ainsi appelé ses membres à marcher lundi jusqu’au siège de l’ANC, la Luthuli House.

Une faction pro-Ramaphosa a de son côté fait savoir qu’elle “défendrait” le bâtiment.

Pour contraindre Jacob Zuma à quitter ses fonctions, le NWC doit convoquer le Comité exécutif national (NEC), principal organe de décision de l’ANC, fort de 80 membres environ, qui doit se prononcer par un vote. (Tiisetso Motsoeneng et Alexander Winning; Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below