February 4, 2018 / 5:57 PM / 10 months ago

LEAD 1-Moscovici relève "l'illusion" d'une "cagnotte" fiscale en France

(Actualisé avec Castaner)

PARIS, 4 février (Reuters) - La croissance 2017 en France, au plus haut depuis 2011, ne signifie aucunement que le pays, très endetté, dispose d’une “cagnotte” fiscale, a déclaré dimanche le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici.

Selon l’Insee, l’économie française a signé l’an dernier sa meilleure performance depuis six ans, avec une progression du produit intérieur brut de 1,9%, contre 1,7% prévu par le gouvernement.

Dans un entretien au Journal du dimanche début janvier, le Premier ministre français, Edouard Philippe, avait déclaré que les éventuelles recettes fiscales supplémentaires issues de la reprise économique serviraient d’abord à désendetter le pays.

“Ne cédons pas à l’illusion d’une quelconque cagnotte. Un, elle n’existe pas et deux, les produits de la croissance retrouvée doivent être utilisés à rendre la France plus performante, plus compétitive, à être mieux gérée et à transformer l’Etat”, a prévenu Pierre Moscovici sur Radio J.

“D’autant plus que la France va mieux, que ses déficits se réduisent, mais que la France va être l’avant-dernier pays à sortir de la procédure de déficit avec l’Espagne et que ses déficits pour les années 2017, 2018, 2019 sont proches de 3% et que la moyenne est à 0,9%”, a-t-il ajouté.

“La France doit continuer à réduire ses déficits structurels”, a insisté l’ancien ministre de l’Economie socialiste.

Interrogé à ce sujet au Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, a déclaré qu’il ne fallait pas “parler de cagnotte quand on a 70 milliards d’euros de déficit public”.

La dette publique de la France s’établissait à 2.226,1 milliards d’euros au troisième trimestre 2017, représentant 98,1% du produit intérieur brut (PIB), contre 99,1 % le trimestre précédent.

Pierre Moscovici a aussi annoncé que la Commission européenne pourrait constater une amélioration des performances macro-économiques de la France dans les prochaines semaines.

“Je pense que nous pourrions avoir deux bonnes nouvelles : d’une part la sortie de la France de la procédure de déficit excessif, et dans une autre procédure qui est moins connue, qu’on appelle la procédure de déséquilibre macro-économique, la Commission européenne pourrait constater dans les semaines qui viennent que la France a amélioré sa performance en terme de réforme”, a-t-il détaillé.

L’exécutif européen doit publier un examen approfondi de la situation économique de plusieurs pays présentant des “déséquilibres” ou des “déséquilibres excessifs”, tels qu’un gros déficit budgétaire, une dette qui gonfle ou à l’inverse des excédents commerciaux trop copieux.

A la question de savoir si l’embellie de l’économie était à mettre au bénéfice d’Emmanuel Macron ou de son prédécesseur à l’Elysée, François Hollande, Pierre Moscovici a répondu qu’il s’agissait d’un “effet France”. (Elizabeth Pineau et Michel Rose, édité par Jean-Stéphane Brosse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below