January 26, 2018 / 10:26 AM / 8 months ago

LEAD 1-GB-La croissance accélère de manière inattendue au T4

(Actualisé avec détails)

LONDRES, 26 janvier (Reuters) - La croissance de l’économie britannique a accéléré de manière inattendue au quatrième trimestre, dernier signe en date montrant que l’impact du vote en faveur d’une sortie du pays de l’Union européenne (UE) n’a pas été aussi brutal que n’avaient pu le redouter les investisseurs.

Le produit intérieur brut (PIB) britannique a augmenté de 0,5% sur la période octobre-décembre après +0,4% au troisième trimestre, suivant les données provisoires publiées vendredi par l’Office national de la statistique (ONS).

Les économistes tablaient en moyenne sur une croissance identique à celle du trimestre précédent. Il s’agit du rythme de croissance trimestriel le plus rapide de 2017.

Sur l’ensemble de l’année 2017, la croissance a été de 1,8% contre 1,9% en 2016, la plus faible depuis 2012.

La Grande-Bretagne a été à la traîne des autres grandes puissances économiques durant la plus grande partie de l’année dernière, le Brexit s’étant traduit par une poussée inflationniste, tandis que les entreprises sont devenues prudentes dans la perspective du départ définitif en mars 2019.

La croissance a toutefois mieux résisté que ne l’avait prédit la plupart des économistes au moment du référendum du 23 juin, en grande partie en raison de la reprise de l’économie mondiale l’an dernier, qui devrait se poursuivre en 2018.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mark Carney, a déclaré vendredi que l’économie britannique pourrait entrer dans un cycle de croissance plus soutenu dans le courant de l’année si la relation future entre la Grande-Bretagne et l’UE était clarifiée.

“Malgré une légère hausse au dernier trimestre, la tendance sous-jacente montre une croissance plus lente et irrégulière de l’ensemble de l’économie”, déclare Darren Morgan, statisticien de l’ONS.

Par rapport à la même période de 2016, la croissance d’octobre à décembre a ralenti à 1,5%, son rythme le plus faible depuis le premier trimestre de 2013, après 1,7% au troisième trimestre. L’enquête Reuters prévoyait une croissance de 1,4%.

La Banque d’Angleterre a déclaré le mois dernier qu’elle s’attendait à ce que l’économie ait légèrement ralenti à la fin de 2017.

L’institut d’émission a relevé les taux pour la première fois depuis plus d’une décennie en novembre dernier et sa prochaine réunion de politique monétaire est prévue le 8 février.

La plupart des économistes s’attendent à ce que le prochain relèvement des taux ait lieu à la fin de 2018 mais certains pensent qu’il pourrait intervenir dès le mois de mai.

La croissance du secteur des services, principal contributeur au PIB, a été de 0,6% au quatrième trimestre, après 0,4% au troisième, indique par ailleurs l’ONS.

Sur le seul mois de novembre, la croissance du secteur tertiaire a été la plus forte depuis août 2016, avec un bond de 0,4 point par rapport à octobre.

La production industrielle a ralenti à une croissance de 0,6% après 1,3% au troisième trimestre, à la suite de la fermeture de l’oléoduc de Forties pendant plus de deux semaines en décembre après la découverte d’une fissure.

Le secteur de la construction a lui subi une contraction de 1,0%, sa pire performance trimestrielle depuis le troisième trimestre de 2012.

Tableau: (William Schomberg et Andy Bruce; Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below