January 25, 2018 / 12:19 PM / 4 months ago

Trump arrive à Davos pour défendre l'"Amérique d'abord"

par Steve Holland

DAVOS, Suisse, 25 janvier (Reuters) - Donald Trump est arrivé jeudi à Davos pour participer au Forum économique mondial où il défendra son programme de l’”Amérique d’abord” (America First) et sa vision d’échanges commerciaux plus favorables aux Etats-Unis.

Le président américain est le premier locataire de la Maison blanche à se rendre à cet événement annuel depuis Bill Clinton en 2000. Il s’entretiendra ce jeudi avec plusieurs autres dirigeants avant de prononcer un discours le lendemain.

Jamais invité à Davos en tant qu’homme d’affaires, l’ancien promoteur immobilier aura l’occasion de côtoyer cette élite “mondialiste” qu’il avait ciblée sans relâche lors de la campagne présidentielle de 2016.

“Je vais bientôt me rendre à Davos, en Suisse, pour dire au monde à quel point l’Amérique est grande et va bien”, a tweeté le président américain avant son départ. “Notre économie est en plein boom et avec tout ce que je fais, elle ira encore mieux... Notre pays est enfin en train de GAGNER à nouveau!”

Son entourage affirme que le message de Donald Trump sera le même que lors de tous ses déplacements à l’étranger l’an dernier, à savoir que les Etats-Unis veulent des liens solides avec leurs alliés tout en réduisant les déficits commerciaux chroniques avec certains d’entre eux.

“L’Amérique d’abord n’est pas l’Amérique isolée”, assure son conseiller économique, Gary Cohn, qui voyage avec le président. “Quand nous nous développons, le monde se développe. Quand le monde se développe, nous nous développons. Nous en faisons partie, et nous faisons partie de l’économie mondiale. Et le président en est convaincu.”

ENTRETIENS BILATÉRAUX

Deux jours avant son arrivée, Donald Trump a signé mardi un décret présidentiel instaurant un relèvement considérable des tarifs douaniers sur les lave-linge et les panneaux solaires, l’une des premières décisions commerciales unilatérales imposées par son administration.

Le lendemain, à Davos, son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin s’est félicité de la faiblesse actuelle du dollar, relançant des craintes de guerre des devises. La crainte de politiques plus protectionnistes aux Etats-Unis avait déjà fait descendre le billet vert à des plus bas de trois ans, les propos de Mnuchin ont encore accentué sa baisse.

Sur le plan diplomatique, Donald Trump profitera de sa première journée à Davos pour s’entretenir avec la Première ministre britannique Theresa May, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Vendredi, il rencontrera le président rwandais Paul Kagamé, qui préside actuellement l’Union africaine, et le président de la Confédération helvétique Alain Berset.

Le président américain dînera également jeudi soir avec des chefs d’entreprise européens.

Donald Trump devrait vanter auprès des investisseurs ses projets de dérégulation ainsi que la réforme fiscale adoptée le mois dernier à Washington, qui s’est traduite notamment par une baisse drastique de l’impôt sur les sociétés. (Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below