January 25, 2018 / 5:04 AM / 9 months ago

France-Rebond des défaillances d'entreprises en décembre-Altares

    * Des défaillances au plus bas depuis 2008
    * Le rebond de décembre à relativiser mais incite à la
prudence
    * Du mieux dans la construction et les services aux
entreprises

    PARIS, 25 janvier (Reuters) - Le nombre de défaillances
d'entreprises a poursuivi son reflux en 2017 en France pour
s'inscrire à 55.175, soit 4,6% de moins qu'en 2016, selon des
données du cabinet d'études Altares publiées jeudi.
    Mais ce bilan, le meilleur depuis dix ans, est à tempérer
par un rebond de 5,7% le mois dernier par rapport à décembre
2016, un mois à la sinistralité particulièrement faible.
    "2016 avait fait sauter le verrou des 60.000 défaillances
d’entreprises, inviolable depuis 2008. 2017 consolide le reflux
de la sinistralité", souligne Altares, en notant que leur nombre
revient au niveau des onze premiers mois de 2008.
    Dans ces conditions, le nombre d'emplois menacés par les
procédures collectives est tombé clairement sous le seuil des
200.000 pour la première fois depuis dix ans, atteignant 166.500
ou 30.000 de plus qu'en 2016.
    Ces 30.000 emplois préservés, auxquels s'ajoutent les
créations nettes d'emploi (269.000 comptabilisées sur les neuf
premiers mois par l'Insee), "illustrent la réalité d’un retour
de la croissance en 2017", déclare Thierry Millon, directeur des
études d'Altares.
    S'agissant des chiffres de décembre, qui ont pesé sur
l'évolution du 4e trimestre (+1,8% à 14.220), il dit ne pas y
voir "un gros orage dans le ciel bleu" car ils se comparent à un
mois de décembre 2016 où le nombre des défaillances était passé
sous le seuil des 4.000 pour la première fois depuis 2007.
    
    LES PME ÉCHAPPENT AU REBOND
    Mais après 18 mois de baisse quasi ininterrompue du nombre
de défaillances d’entreprises, "décembre semble vouloir nous
rappeler à la prudence, voire prédire que l’euphorie de
l’embellie économique retrouvée et la croissance qu’elle libère
ne suffiront pas à ramener la sinistralité des entreprises aux
niveaux d’avant crise, soit 50.300 à fin 2007", estime Thierry
Millon.
    Il fait valoir en outre que les bons chiffres des créations
d'entreprise de 2017 plaident pour un maintien des
défaillances au-dessus de ce seuil annuel de 50.000 au vu du
taux élevé de mortalité des jeunes pousses : la moitié des
entreprises individuelles et le tiers des SARL ne fêtent pas
leur cinquième anniversaire.  
    Sur l’ensemble de 2017, la sinistralité a reculé pour
l’ensemble des entreprises, toutes tailles confondues. Mais sur
le dernier trimestre, seules les PME de 10 à 49 salariés ont
échappé au rebond. Celui-ci a été plus marqué pour les sociétés
de plus de 100 salariés : 33 contre 24 un an plus tôt ont fait
l’objet d’une procédure collective.
    Par secteurs, la baisse de 2017 a été particulièrement forte
dans la construction (-10%), les services aux entreprises (-9%)
et plus modérée dans l'industrie (-5%), exception faite du
textile-habillement (+10%).
    Si la restauration a évolué favorablement (-7%),
l'hébergment, en particulier l'hôtellerie, a accusé une hausse
de 19% de ses défaillances.
    Autres secteurs en difficulté, l’agriculture (+10%) et
notamment l’élevage (+19%), ou encore les agents et courtiers
d'assurances (+22%).    
    
 Le point sur la conjoncture française                   
    

 (Yann Le Guerngou, édité par Yves Clarisse)
  
0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below