January 22, 2018 / 3:04 PM / 10 months ago

Hulot sera "très précis" sur les arrêts de réacteurs nucléaires

PARIS, 22 janvier (Reuters) - Le gouvernement sera “très précis” en matière de fermetures de réacteurs nucléaires dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui est en cours de préparation, a déclaré lundi le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Issue de la loi sur la transition énergétique de 2015, la PPE développe les objectifs de la France en matière énergétique. Le texte actuel, qui concerne les périodes 2016-2018 et 2018-2023, sera révisé d’ici à la fin de l’année pour porter sur 2018-2023 et 2024-2028.

“Nous prendrons cette année le temps qu’il faut, on sera très précis sur les réacteurs qu’il faudra fermer et nous le ferons sur un certain nombre de critères économiques, sociaux (et de) sûreté, mais pas sur des critères symboliques”, a dit Nicolas Hulot lors d’une présentation de ses voeux à la presse.

Ces déclarations interviennent quelques mois après l’officialisation par le ministre, en novembre, du report de l’échéance de 2025 pour réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité en France.

“Cet objectif (de réduire à 50% la part du nucléaire) sera évidemment maintenu et nous allons nous mettre en situation de le réaliser”, a dit Nicolas Hulot lundi.

“Ce n’est pas un objectif qu’on peut faire au doigt mouillé (...). Si on ferme certains réacteurs et que, dans le même temps, on n’a pas réussi à développer les énergies renouvelables et qu’on a fermé les centrales à charbon en 2022, à un moment ou un autre on risque d’avoir des problèmes d’approvisionnement.”

La PPE doit donner lieu à un débat public, envisagé à partir du premier trimestre, ainsi qu’à une version initiale prévue avant la fin du mois de juin.

La France n’a pour le moment décidé de fermer que deux de ses 58 réacteurs nucléaires (répartis dans 19 centrales), à Fessenheim (Haut-Rhin), une opération prévue pour fin 2018 ou début 2019 au moment de la mise en service de l’EPR de Flamanville (Manche). et

En marge de la présentation de ses voeux, Nicolas Hulot a également dit à des journalistes que l’hypothèse de loger les actifs nucléaires d’EDF dans une entité à part avait fait l’objet de discussions au sein du gouvernement mais qu’il n’y avait pas à ce stade de scénario privilégié d’évolution de l’organisation de l’électricien public.

Le ministre a en outre déclaré que la construction de nouveaux réacteurs EPR en France n’était “ni la priorité, ni dans les tuyaux”.

EDF ne construira de nouveaux réacteurs nucléaires en France que s’il bénéficie d’une “régulation adaptée avec une garantie de recettes”, a de son côté déclaré son PDG Jean-Bernard Lévy fin 2017.

Benjamin Mallet, avec Geert De Clercq, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below