January 18, 2018 / 3:01 PM / 8 months ago

CORR-France-Le recul des crédits à l'habitat se confirme

(Rectifie orthographe nom propre §9)

PARIS, 18 janvier (Reuters) - L’affaiblissement du marché des crédits à l’habitat entamé au printemps s’est accentué à la fin 2017, sur fond de hausse des prix de l’immobilier, selon les données de l’Observatoire trimestriel CSA-Crédit logement publié jeudi.

En 2017, le reflux a été de 0,8% pour le nombre de prêts bancaires accordés sur l’année, contre +9,1% à fin septembre.

La production de crédits en volume affiche pour sa part une hausse de 4,2% sur les douze mois à fin décembre contre 15,3% trois mois plus tôt.

Mesurée sur les trois derniers mois de 2017 par rapport à la même période de 2016, le rythme d’évolution de l’activité (hors rachat de créances) est celui d’un “marché en repli”, avec une chute de 13% du nombre de prêts et de 11,1% de la production, souligne l’Observatoire.

“Alors que les conditions de crédit ne s’améliorent plus, la hausse rapide des prix de l’immobilier pèse sur une demande qui s’est progressivement affaiblie”, note-t-il.

Sur l’année, le coût des opérations immobilières financées par emprunt a progressé de 4,8%, en accélération par rapport à 2016 (+4,2%), sur fond de transformation de la structure des emprunteurs, où les ménages aux revenus élevés sont de plus en plus représentés.

Les conditions du crédit restent très propices sur fond de redressement de l’inflation, avec un taux moyen descendu en décembre à 1,51% en moyenne (contre 1,55% entre avril et novembre) et attendu autour de 1,65% au plus haut vers la fin de 2018.

Sur le marché du neuf, le rebond de la demande de crédit enregistré en novembre en anticipation de la fin du dispositif d’aide publique Pinel dans certaines zones au 1er janvier, “n’est pas suffisant pour inverser la tendance récessive du marché”, poursuit l’Observatoire.

“Le repli est amorcé, l’atterrissage est là”, note l’économiste et responsable de l’Observatoire Michel Mouillart, en présentant ces statistiques qui augurent selon lui d’un repli suivi du marché du crédit cette année.

“2018, ce n’est pas une année de remontée des taux, en revanche c’est une année de dégradation de la demande à la suite de hausses des prix et de baisse des dispositifs de soutien public”, estime-t-il. (Julie Carriat, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below