January 17, 2018 / 10:34 AM / 9 months ago

LEAD 3-France-Le gouvernement renonce à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

* Philippe referme un dossier vieux de 50 ans

* Annonce l’évacuation du site d’ici au printemps

* Vinci “à la disposition du gouvernement” (Actualisé avec communiqué des “zadistes” §11)

par Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey

PARIS, 17 janvier (Reuters) - Le Premier ministre Edouard Philippe a refermé mercredi un dossier de plus de 50 ans en annonçant l’abandon du projet controversé de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) et l’évacuation des occupants illégaux de la zone d’ici “au printemps”.

Saluée par les défenseurs de l’environnement, cette décision, fruit de plusieurs mois de consultations et de discussions, a été dénoncée par certains élus locaux qui y ont vu une forme de “trahison”, un “déni de démocratie” et une victoire des “zadistes”.

“Je constate aujourd’hui que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes”, a dit le chef du gouvernement lors d’une déclaration à la presse à l’issue du conseil des ministres à l’Elysée. “Notre-Dame-des-Landes aujourd’hui, je le constate, c’est l’aéroport de la division”.

“Le projet de Notre-Dame-des-Landes sera donc abandonné, cette décision est logique au regard de l’impasse dans laquelle se trouve ce dossier”, a-t-il ajouté, quelques jours après sa visite surprise à Notre-Dame-des-Landes et une série de consultations d’élus.

“Cette décision est sans ambiguïté, les terres retrouveront leur vocation agricole, elles ne seront pas conservées pour réaliser ultérieurement le projet”, a-t-il précisé. “Cette décision est une décision d’apaisement, elle doit être l’occasion d’un nouveau départ”.

Le gouvernement s’était donné jusqu’à fin janvier pour prendre une décision sur ce projet validé par un référendum local en juin 2016 et 179 décisions de justice mais aussi fortement contesté par les militants écologistes notamment.

L’évacuation de ce site de 1.600 hectares occupé depuis 2009 par les opposants au projet et situé à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes fera figure de test pour l’exécutif, six ans après l’échec d’une précédente tentative.

“Nous mettrons fin à la zone de non-droit qui prospère depuis plus de dix ans sur cette zone”, a assuré Edouard Philippe. “Les occupants illégaux de ces terres devront partir d’eux-mêmes d’ici au printemps prochain ou en seront expulsés”, a prévenu le chef du gouvernement.

MISE EN GARDE DES “ZADISTES”

Le gouvernement a mobilisé un millier de gendarmes mobiles et CRS en Bretagne pour parer à tout débordement après l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et ce dispositif pourrait être triplé dans les jours à venir, dans la perspective de l’évacuation.

Selon un journaliste de Reuters dans la ZAD, les CRS n’étaient pas visibles mercredi matin sur le site mais un hélicoptère de la gendarmerie survolait les lieux.

Dans un communiqué publié après l’annonce du gouvernement, les “zadistes” ont prévenu que “la présence ou l’intervention policières ne feraient qu’envenimer la situation”, tout en s’engageant à faire en sorte que la départementale D281, fermée depuis 2013, soit rouverte.

Pour compenser l’abandon de ce projet, le gouvernement a annoncé la modernisation “dans des délais rapides” de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique, qui arrive à saturation, comme le suggérait un rapport d’experts remis en décembre. L’aéroport de Rennes sera dans le même temps agrandi.

Une inconnue demeure concernant l’avenir du contrat signé avec Vinci fin 2010 couvrant l’exploitation des aéroports existants de Nantes-Atlantique et Saint-Nazaire Montoir, la construction du nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes et le transfert vers celui-ci de la plate-forme de Nantes Atlantique.

L’un des trois médiateurs nommés par le gouvernement sur le sujet estimait fin décembre dans les colonnes du Monde que l’indemnisation du concessionnaire pourrait aller jusqu’à 350 millions d’euros en cas d’abandon du projet d’aéroport.

Contacté par Reuters, un porte-parole du groupe de BTP et de construction a indiqué que Vinci se tenait “à la disposition de l’Etat”. Christophe Castaner, ministre des Relations avec le Parlement, a estimé sur BFM TV que le montant de 350 millions n’avait “aucune base légale” et qu’une solution serait trouvée.

VICTOIRE POUR HULOT?

Au-delà des potentielles conséquences économiques, l’abandon du projet constitue une victoire politique pour les écologistes, au premier rang duquel le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui se serait retrouvé dans une position inconfortable en cas de maintien de l’aéroport.

Pour autant, la “décision d’abandon prise par le gouvernement ne doit pas servir de ‘trophée Macron’ pour le climat”, a prévenu le directeur général de Greenpeace France, Jean-François Julliard.

“Emmanuel Macron et son gouvernement ont encore leurs preuves à faire, notamment sur les questions de mobilité, en matière de transition énergétique et sur l’évolution vers un modèle agricole durable”, a-t-il estimé dans un communiqué.

En abandonnant le projet d’aéroport, le gouvernement prête également le flanc à ses détracteurs qui épinglent “le premier reniement” du quinquennat d’Emmanuel Macron. Ce dernier avait estimé pendant la campagne qu’il faudrait des “éléments forts” pour abandonner le projet compte tenu de l’approbation populaire.

“Ce qui ne change pas, c’est qu’on assure le développement du Grand Ouest, qu’on préserve l’environnement et cette capacité à trancher qu’ont esquivé tous les gouvernements précédents, donc on ne peut pas parler de renoncement”, dit-on à l’Elysée. (Avec Gilles Guillaume à Paris et Guillaume Frouin à Notre-Dame-des-Landes, édité par Yves Clarisse)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below