January 15, 2018 / 5:21 PM / in 7 months

GB-La faillite de Carillion va coûter cher aux banques

par Emma Rumney, Ben Martin et Alasdair Pal

LONDRES, 15 janvier (Reuters) - De grandes banques britanniques comme Barclays, Royal Bank of Scotland et Lloyds Banking Group risquent de ne jamais récupérer des centaines de millions de livres de prêts accordés à Carillion, qui s’est placé en liquidation immédiate lundi.

Avec 10 autres établissements, ces banques ont accordé en 2015 un crédit relais de 790 millions de livres (889 millions d’euros) à Carillion, qui constitue l’essentiel des 835 millions de livres de prêts syndiqués du groupe de BTP arrivant à maturité en 2020.

Cinq banques ont accepté en septembre de prêter 140 millions supplémentaires remboursables fin 2018.

Au total, les créanciers de Carillion sont exposés à environ 1,6 milliard de livres au groupe.

Beaucoup ont déjà commencé à comptabiliser des charges pour dépréciation l’an dernier parallèlement aux avertissements sur résultats de Carillion.

Lloyds a inscrit une charge de 270 millions de livres dans ses comptes du troisième trimestre, contre 204 millions un an plus tôt. Une source proche du dossier a déclaré lundi qu’elle était largement liée aux problèmes de Carillion.

Ces derniers expliquent aussi pour l’essentiel le bond des provisions enregistrées par la filiale britannique de banque d’affaires de Santander, passées à 47 millions de livres sur les neuf premiers mois de 2017, contre 21 millions un an auparavant, a dit une autre source. La banque espagnole devrait inscrire une nouvelle charge dans ses comptes annuels en février, selon cette source.

JUTEUSES POSITIONS À DÉCOUVERT

Du côté de RBS, les provisions au troisième trimestre ont aussi bondi, de 20 millions de livres en 2016 à 151 millions. Le directeur général Ross McEwan avait alors imputé cette évolution à “un seul nom”.

Ces différentes banques ont refusé de préciser leur exposition à Carillion.

“J’imagine que Lloyds et RBS pourraient inscrire une nouvelle charge au T4 et les autres créanciers de Carillion vont probablement inscrire une charge également”, dit John Cronin, responsable de la recherche sur les banques britanniques au sein du cabinet Goodbody.

“La question, c’est de savoir de quelle ampleur ce sera.”

Les gérants d’actifs ayant des participations dans Carillion font aussi partie des victimes de cette crise apparue l’an dernier.

L’écossais Kiltearn Partners, le canadien Letko Brosseau and Associates et l’américain BlackRock, numéro un mondial de la gestion d’actifs, avaient des participations respectives de 10%, 6,1% et 7,6% au moment du “profit warning” du 10 juillet, qui a fait plonger l’action de 39% en un jour. Tous ces fonds ont ensuite fortement réduit leur participation dans Carillion.

Ceux qui se frottent les mains sont en revanche les fonds spéculatifs ayant parié à la baisse sur le titre. Les positions à découvert sur Carillion représentaient un quart du capital du groupe début 2017, soit environ 270 millions de dollars (220 millions d’euros), ce qui a permis aux “short-sellers” d’engranger 190 millions de dollars lors de l’effondrement de 70% du titre en trois séances en juillet, selon les calculs de Reuters. (avec Maiya Keidan; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below