January 15, 2018 / 9:51 AM / 7 months ago

Le Japon veut revoir la composition de son PIB

TOKYO, 15 janvier (Reuters) - Le Japon va revoir la manière dont il calcule son produit intérieur brut (PIB) dans les années à venir afin de mieux y intégrer les nouvelles tendances de consommation, comme l’économie du partage, et l’évolution de la qualité de l’éducation et des services médicaux.

Cette décision est une réponse aux critiques qui estiment que les statistiques ne rendent pas compte de l’économie réelle; ainsi les analystes estiment qu’elles sont en retard sur les nouveaux modes de la consommation des ménages, qui représente 60% du PIB.

“Les structures économiques évoluant rapidement, la manière de mesurer notamment l’économie du partage et l’économie numérique est devenue une question urgente au Japon, comme dans d’autres pays”, a déclaré lundi à la presse Shuji Hasegawa, un expert travaillant pour le gouvernement.

En révisant tout un ensemble d’indicateurs, le gouvernement veut également répondre aux inquiétudes exprimées de longue date en matière d’exactitude des données, de volatilité, d’échantillonnage et de méthode de collecte.

Le Premier ministre Shinzo Abe a demandé à son gouvernement de revoir les principaux indicateurs économiques qui peuvent influer sur des décisions politiques importantes. Il a ainsi reporté à deux reprises une hausse du taux de TVA, de 8 à 10%, après une première augmentation, de 5% à 8% en 2014, qui avait lourdement pesé sur la consommation.

La “sharing economy” met à profit internet et les réseaux sociaux pour partager des services ou des biens comme les voitures ou les logements. Airbnb et Uber relèvent de ce nouveau modèle économique.

L’économie du partage était évaluée à 1.200 milliards de yens (8,9 milliards d’euros) au Japon à la fin de l’année 2016, selon InfoCom Research, un groupe de réflexion privé, qui évalue le marché potentiel à 2.600 milliards de yens.

Aucun délai n’a été fixé pour la prise en compte de l’économie du partage dans le calcul du PIB, ont précisé des responsables gouvernementaux, ajoutant qu’ils voulaient également déterminer la qualité et la valeur de certains autres secteurs, comme l’éducation et les services médicaux. (Tetsushi Kajimoto; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below